Droit international humanitaire

Le droit international humanitaire (DIH)

Le droit international humanitaire (DIH) a pour but de limiter les effets des conflits armés. Il vise à protéger les civils, les soldats blessés ainsi que le personnel médical – en d’autres termes, toute personne qui ne participe pas ou plus aux combats. Il restreint le choix des moyens et méthodes de guerre. Le DIH est également appelé «droit de la guerre» ou «droit des conflits armés».

La première Convention de Genève a été signée par douze Etats européens lors de la conférence diplomatique convoquée par le Conseil fédéral en 1864. Deux hommes y ont grandement contribué: Henry Dunant et Guillaume Henri Dufour (fondateurs du CICR).

Depuis, les Etats ont adopté un ensemble de règles fondées sur les expériences amères des guerres contemporaines. Ces conventions visent à établir un équilibre entre les préoccupations humanitaires et les exigences militaires des Etats contractants.

Les lois de la guerre (en bref)

Une grande partie du DIH est consignée dans les quatre Conventions de Genève de 1949. A ce jour, la plupart des Etats les ont ratifiées. Depuis 1949, elles ont été révisées et complétées à plusieurs reprises. La dernière modification date de 2006 et concerne la reconnaissance du cristal rouge comme troisième emblème du Mouvement.