La bataille de Solférino

Origine du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

En 1859, l’ambition de repousser l’Autriche hors du nord de l’Italie amène la France à conclure une alliance avec le Royaume de Piémont-Sardaigne. La coalition sort victorieuse des batailles de Magenta et de Solférino.

Cette dernière, qui se déroule le 24 juin 1859 à quelques kilomètres au sud du lac de Garde, est l’une des plus sanglantes que l’Histoire ait connue jusque-là: elle fait plus de 40 000 victimes (morts et blessés) parmi les soldats et les officiers.

Souhaitant rencontrer Napoléon III pour des raisons commerciales, Henry Dunant, jeune homme d’affaires genevois, se retrouve à Solférino sur les lieux de l’affrontement. Voyant que des milliers de victimes sont abandonnées à leur sort, il improvise des secours pour tous les blessés dans les villages environnants et à Castiglione.

Aidé des volontaires qui ont répondu à son appel, il soigne les soldats sans distinction de nationalité. «Tutti fratelli» («Nous sommes tous frères»), tel est le mot d’ordre lancé alors par les femmes de Castiglione, et devenu célèbre depuis.

En 1862, Dunant rapporte les événements dont il a été témoin dans un livre qu’il intitule Un Souvenir de Solférino. Il y exige l’adoption d’une convention internationale garantissant la protection des victimes de la guerre et propose la création de «sociétés de secours» nationales, qui seraient chargées de former des volontaires pour soutenir le service sanitaire de l’armée en cas de guerre. Son appel donne naissance au Mouvement de la Croix-Rouge.
 

Naissance de la Croix-Rouge

Le 17 février 1863, cinq personnes, parmi lesquelles Henry Dunant et le général Guillaume Henri Dufour, créent à Genève le «Comité international de secours aux blessés», qui deviendra ensuite le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). 

Durant l’automne de l’année 1863, les représentants de seize pays se rencontrent à Genève dans le cadre d’une conférence internationale. Le 29 octobre 1863, ils décident que chaque pays devra créer un comité de secours pour assurer la protection des volontaires et des blessés sur les champs de bataille. La Conférence choisit comme emblème une croix rouge sur fond blanc – obtenue en inversant les couleurs du drapeau helvétique. Un an plus tard, le 22 août 1864, lors d’une conférence internationale convoquée par le Conseil fédéral suisse, douze Etats européens signent la première Convention de Genève intitulée «Convention pour l’amélioration du sort des militaires blessés dans les armées en campagne».

De 1863 à 1866, des comités nationaux œuvrant pour la protection des soldats blessés voient le jour dans 17 pays européens.

L' histoire de la CRS

La naissance de la Croix-Rouge suisse

A l’initiative du Comité international de la Croix-Rouge et sous le patronage du général Guillaume Henri Dufour et du conseiller fédéral Jakob Dubs, la Croix-Rouge suisse est fondée le 17 juillet 1866 à Berne. Son rôle initial était le suivant: «L’association a pour but essentiel de concourir par tous les moyens en son pouvoir au service de santé de l’armée suisse et à la protection des familles privées de (leur) soutien par l’appel sous les drapeaux en cas de guerre.»