Photo de groupe de Luda Ostoparentsko avec ses cinq enfants et son chat. Ils regardent tous l'appareil photo, seul le chat s'en moque.

Accueil des personnes réfugiées d’Ukraine

Table de matières

La CRS a mobilisé ses bénévoles pour soutenir l’accueil des personnes réfugiées en provenance d’Ukraine. Elle a mis en place de nouvelles offres pour les aider à faire face aux défis de l’exil.

Un soutien adapté

Fin décembre 2022, plus de 75 000 personnes avaient fui l’Ukraine pour se réfugier en Suisse. Parmi elles, une majorité de femmes avec leurs enfants. Les bénévoles de la Croix-Rouge ont rapidement apporté leur aide, que ce soit dans les centres d’accueil fédéraux ou dans les cantons.

La CRS veille à ce que toutes les personnes réfugiées, indépendamment de leur origine, bénéficient du soutien dont elles ont besoin. Elle a ainsi adapté des offres ou en a créés de nouvelles pour les personnes réfugiées en provenance d’Ukraine. Dans certains cantons, elle a également soutenu les familles d’accueil.

En 2022:

0bénévoles

ont apporté leur aide.

0personnes réfugiées

ont reçu une aide directe de la CRS.

0familles d’accueil

ont pu être conseillées.

Accueil dans les cantons

Dans certains cantons, les associations cantonales ont géré des centres d’accueil dans les gares. Dans d’autres, elles ont fourni des informations, des vêtements, des bons d’achat et de la nourriture en complément de l’aide étatique. Des permanences téléphoniques, des services de conseil pour adultes et adolescents ainsi que d’autres offres à bas seuil pour les personnes réfugiées ou pour les personnes investies dans leur prise en charge ont également été mises en place.

Dans toute la Suisse, les associations cantonales se sont engagées en faveur de l’intégration sociale et professionnelle des personnes réfugiées en provenance d’Ukraine. Ces dernières bénéficient en effet du statut de protection S et peuvent travailler en Suisse. En fonction de leurs qualifications professionnelles et de leurs compétences linguistiques, la CRS leur a apporté de l’aide pour trouver un emploi ou apprendre l’une des langues nationales.

Natalia et Oleksiy Makiienko, des réfugiés ukrainiens, avec leurs enfants Vlad et Diana. Ils sont assis sur une balançoire sur une aire de jeux.

Natalia et Oleksiy Makienkofinden, provisoirement logés à l’hôtel Aurora d’Andermatt.

Découvrez ci-dessous le détail des activités dans les cantons en faveur des personnes réfugiées en provenance d’Ukraine:

Les bénévoles en action

De mars à décembre 2022, environ 1300 bénévoles de la Croix-Rouge ont apporté leur aide dans tout le pays. Ils sont intervenus dans les centres fédéraux pour requérants d’asile et les permanences d’aide. Ils ont également distribué des vêtements, des repas et des boissons, se sont occupés des enfants ou ont pris en charge les personnes venues d’Ukraine. Dans la plupart des projets d’intégration sociale, les bénévoles assument des tâches importantes.

La CRS a rapidement mis sur pied un pool de bénévoles parlant ukrainien ou russe. Certains d’entre eux ont apporté leur aide dans les centres fédéraux pour requérants d’asile, par exemple au sein des services de mise en relation avec des familles d’accueil. Désormais, la CRS recrute les interprètes avant tout via les services régionaux d’interprétation communautaire, qui ont étoffé leur offre. Les interprètes bénévoles sont toutefois toujours là pour prêter main-forte.

Une femme tient un téléphone portable dans ses mains. Elle récupère des informations sur l'application HELPFUL.

Informations en ligne sur HELPFUL

Trouver un médecin, apprendre la langue, recevoir de l’aide matérielle: les démarches quotidiennes sont un vrai casse-tête pour les personnes qui arrivent en Suisse et qui ne parlent pas la langue. En juillet 2022, la CRS a lancé «HELPFUL». Cette plateforme en ligne rassemble des informations fiables et utiles en ukrainien et en russe. Les personnes réfugiées en Suisse peuvent y poser toutes leurs questions via un canal Telegram géré par des bénévoles plurilingues. En 2022, 35 000 personnes ont consulté cette plateforme.

Prise en charge psychosociale

La guerre et l’exil laissent de profondes cicatrices. Les personnes touchées, en particulier les enfants, doivent pouvoir retrouver un sentiment de sécurité et surmonter dès que possible ce qu’ils ont vécu pour éviter les séquelles. Leur prise en charge adéquate représente un défi considérable.

Structures de crise

La CRS a établi des structures de crise temporaires au Siège afin de planifier et de coordonner les activités liées au conflit ukrainien. Grâce aux nombreux dons de particuliers, d’entreprises et de fondations ainsi qu’au financement des autorités, elle a créé un fonds destiné à financer rapidement les projets d’aide d’urgence des organisations membres de la Croix-Rouge.

Vous trouverez plus d’informations sur notre page dédiée aux finances.

Partager cette page