Header

Méta navigation

Navigation principale

Ateliers de gestion des conflits à l’école: l’avis des enfants

Reportage

La gestion des conflits, cela s’apprend – par exemple grâce à la formation chili. Mais que pensent les enfants de cette offre et quelles sont les leçons qu’ils retiennent? Nous avons questionné les élèves de 6e Harmos de l’école primaire de Junkholz à Wohlen (AG) au terme d’un atelier.

Texte: Delia Schafer | Photos: Ruben Ung

Quelle surprise! Presque tous les élèves lèvent la main pour nous raconter ce qu’ils ont appris dans le cadre de l’atelier de gestion des conflits chili.

Aarwin, 10 ans, nous explique d’emblée les fondements théoriques du programme: «En situation de conflit, on a cinq stratégies à disposition: le compromis, la délégation, l’affrontement, l’évitement et l’accommodation. Moi, je choisirais le compromis.» Nous sommes bouche bée.

En situation de conflit, on a cinq stratégies à disposition: le compromis, la délégation, l’affrontement, l’évitement et l’accommodation. Moi, je choisirais le compromis.

Aarwin, 10 ans

Avant, on tapait, maintenant on discute

Ces cinq stratégies aident les enfants à réagir de manière appropriée en situation de conflit.

David aussi s’en souvient très bien: «En 5H, je me suis disputé avec Adam. On s’est battus. Maintenant, on essayerait de trouver un compromis et on demanderait pardon à l’autre.» Il regarde son ami Adam et tous deux échangent un sourire complice.

Si Adam et David avaient l’habitude de résoudre les problèmes par la violence, aujourd’hui, ils cherchent un compromis.

Des ateliers ludiques et concrets

Peter Locher enseigne aux enfants de manière ludique.

Peter Locher, formateur chili, a enseigné la prévention des conflits aux élèves. Pour lui, le programme chili a beaucoup de potentiel: l’approche, ludique et concrète, fait prendre conscience aux enfants de l’importance du respect mutuel.

Adam explique ce que Peter Locher leur a enseigné sur la confiance: «Nous avons fait un jeu dans lequel nous devions faire confiance à M. Locher. Il dit la vérité, on peut lui faire confiance. Les maîtres et maîtresses n’ont pas le droit de mentir.»

BON À SAVOIR

Les ateliers de gestion des conflits chili

chili – tel est le nom des ateliers de gestion des conflits de la Croix-Rouge suisse (CRS), qui existent depuis 25 ans. En effet, à l’image d’un piment, les conflits peuvent avoir plus ou moins de piquant. Les ateliers s’adressent aux élèves de tous âges, dès la maternelle, et sont proposés par les associations cantonales de la Croix-Rouge en Suisse alémanique et au Tessin.

Plusieurs enfants sont en colonne dans une salle de classe et participent à un exercice de l’atelier chili. La fille qui se trouve en tête tient dans la main des cartes de couleur verte, jaune, rouge et bleue, qu’elle peut lever en l’air.

La partie émergée de l’iceberg

Au tableau, une photo d’iceberg, représentation visuelle du modèle largement connu selon lequel ce n’est pas parce qu’une réalité est invisible qu’elle n’existe pas.

L’image aide les enfants à comprendre le message du formateur: Jana nous raconte qu’il faut tenir compte non seulement des faits visibles, mais aussi de leurs potentielles causes invisibles: «Lorsque je suis témoin d’une dispute entre deux camarades, je devrais réfléchir à ce qui a pu se passer avant.»

Les images permettent un meilleur ancrage des connaissances. La métaphore de l’iceberg est bien connue.

Ce qu’il reste après le cours

Nous quittons la classe avec une certitude: si, dans quelque temps, les élèves ne seront peut-être plus en mesure de lister les cinq stratégies de gestion des conflits, ils se souviendront de l’importance de prendre en compte ses émotions et celles des autres.

Comme le résume Bidiki: «Nous avons pris conscience de nos émotions. Par exemple, on peut s’éloigner lorsqu’on a un problème ou qu’on ne se sent pas bien.» Et Emma d’ajouter: «On peut demander aux personnes concernées ce qui s’est passé pour comprendre ce qu’elles vivent.»

Avec sa classe, Emma a suivi une formation chili de deux jours sur la prévention des conflits. Les élèves de sixième primaire Harmos de l’école de Junkholz, à Wohlen (AG), ont appris à gérer les différends de manière constructive. Emma a découvert que les conflits constituent parfois la partie émergée de l’iceberg: «Quand deux amies se disputent, je ne dois pas me contenter de regarder. Je dois aussi me demander ce qui a pu se passer avant.»
On peut demander aux personnes concernées ce qui s’est passé pour comprendre ce qu’elles vivent.

Emma, 9 ans

NOVARTIS

Notre partenaire soutient l’offre chili

Partenaire officiel de la CRS, Novartis s’engage depuis de nombreuses années pour la prévention de la violence chez les enfants et les jeunes et soutient les ateliers chili.

Jana et Alena sont amies et sont toutes deux en sixième primaire Harmos à Wohlen (AG). Avec leurs camarades de classe, elles ont suivi une formation chili de deux jours sur la prévention des conflits.

Jana et Alena ont beaucoup aimé le cours – avez-vous aussi envie de le découvrir?

Cliquez ici pour accéder à la page

Jana et Alena ont beaucoup aimé le cours – avez-vous aussi envie de le découvrir?Vers l’offre chili
Jana et Alena ont beaucoup aimé le cours – avez-vous aussi envie de le découvrir?

Partager cette page