Guerre en Ukraine: la CRS débloque 10 mio de CHF et demande un accueil sans complications

Communiqué aux médias • 03.03.2022

La Croix-Rouge suisse (CRS) s’engage provisoirement à hauteur de 10 millions de CHF dans l’assistance aux victimes de la guerre en Ukraine. Des spécialistes de son pool d’aide d’urgence ont été dépêchés sur le terrain pour soutenir l’aide coordonnée du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans le pays ainsi que dans les Etats voisins. Parallèlement, la CRS plaide pour une procédure d’accueil rapide et sans complications des réfugiés en Suisse.

La situation en Ukraine et dans les pays voisins est chaque heure plus dramatique. Les souffrances de la population sont immenses. Beaucoup craignent pour leur vie et pour celle de leurs proches. Des experts ainsi que de nombreux bénévoles de la Croix-Rouge sont sur place. La Croix-Rouge ukrainienne déploie 550 collaboratrices et collaborateurs et 3000 bénévoles. Ils évacuent des civils, assurent les premiers secours et distribuent nourriture et boissons aux familles qui ont trouvé refuge dans les stations de métro et d’autres abris. Des mesures sont prises pour que les personnes en fuite bénéficient elles aussi du minimum vital.

600 collaborateurs du CICR

Plus de 600 collaboratrices et collaborateurs du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) sont sur place. Il s’agit, aux côtés des partenaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, de réagir à des besoins humanitaires toujours plus importants et de fournir une aide d’urgence. Le CICR a engagé avec toutes les parties un dialogue bilatéral confidentiel dont l’objet est de garantir en tout temps la protection de la population civile, mais aussi de préserver l’accès aux services essentiels, les logements et toute l’infrastructure indispensable à la survie.

Urgence dans les pays voisins aussi

Les besoins sont également immenses dans les pays voisins, en particulier dans les régions frontalières. Ici aussi, la Croix-Rouge distribue des biens de première nécessité aux réfugiés, arrivés par centaines de milliers, met à leur disposition des hébergements d’urgence et leur propose un soutien psychosocial. En fonction des cas, des contributions en espèces sont en outre offertes aux personnes qui ont dû tout abandonner derrière elles et qui ont besoin d’un peu d’argent pour pouvoir acheter le strict nécessaire et acquitter des frais de transport. Enfin, la Croix-Rouge distribue des cartes téléphoniques aux réfugiés afin qu’ils puissent rester en contact avec leurs proches.

La CRS déploie des spécialistes

La CRS soutient cette vaste opération financièrement tout en mettant à disposition des spécialistes de son pool d’urgence. Deux de ses logisticiens sont déjà en Hongrie pour appuyer l’aide coordonnée du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Une experte va prochainement être dépêchée en Moldavie. D’autres spécialistes de l’aide d’urgence se tiennent prêts à partir immédiatement en fonction des besoins. Grâce à ses entrepôts à Berne et en Italie, la CRS peut envoyer en Hongrie 322 tentes familiales appelées à servir d’abris d’urgence. Elle a également très vite mis à la disposition de sa Société sœur ukrainienne une plateforme de don en ligne qui a déjà permis de collecter plusieurs millions de dollars.
La CRS peut s’appuyer dans le pays sur le solide réseau qu’elle s’y est forgée depuis plusieurs années dans le cadre de projets de développement à long terme.

Préparatifs en Suisse

En Suisse, la CRS et ses associations cantonales sont en contact étroit avec les autorités afin de préparer au mieux l’accueil de réfugiés. Près de 500 membres du pool de bénévoles constitué pour faire face à la cinquième vague de Covid-19 se tiennent prêts au besoin. Il s’agit de membres des organisations de sauvetage de la Croix-Rouge et de bénévoles des associations cantonales. En outre, la CRS offre ses conseils à des personnes en Suisse qui ont perdu la trace de proches habitant en Ukraine du fait du conflit ou qui voudraient faire venir des membres de leur famille.

La CRS en faveur d’un accueil généreux

Selon la CRS, la Suisse, de par sa tradition humanitaire, a le devoir de participer aux efforts à mettre en œuvre pour affronter la crise humanitaire sur place, mais aussi pour accueillir les réfugiés – cela en étroite collaboration avec ses partenaires européens. Elle salue le fait que la Suisse se soit montrée ouverte à l’accueil de réfugiés ukrainiens. Ces derniers – indépendamment de leur nationalité – doivent se voir accorder une protection rapidement et sans complications. Il faut veiller ici à ce que l’accueil pragmatique de réfugiés d’Ukraine ne se fasse pas au détriment de personnes contraintes de fuir d’autres régions en crise.

Ne pas séparer les familles

La CRS estime qu’il est essentiel que les familles ne soient pas séparées aux frontières. Le regroupement familial auprès de ressortissants ukrainiens habitant en Suisse doit être possible rapidement et sans complications. Les demandes de regroupement familial doivent être traitées en priorité, dans le cadre d’une procédure accélérée et sur la base de critères pragmatiques adaptés au contexte. Plus d’un million de personnes ont déjà quitté l’Ukraine en raison des violences, et l’on compte encore plus de déplacés internes.

Partager cette page