Header

Méta navigation

Navigation principale

Auxiliaire de santé CRS: «Mon expérience de la vie me sert tous les jours»

Interview

En vue de sa reconversion professionnelle dans les soins, Yolanda Affolter a suivi la formation d’auxiliaire de santé CRS. Les auxiliaires de santé CRS contribuent à répondre à la pénurie de personnel qui sévit dans le secteur, notamment dans les soins de longue durée.

Dans un entretien, elle témoigne de son expérience.

Qu’est-ce qui vous a décidée à vous reconvertir dans le domaine des soins?

A la fin de l’école obligatoire, à 16 ans, j’étais tentée par un apprentissage de conseillère de mode. Mais comme j’étais trop jeune, j’ai d’abord suivi un stage d’aide-infirmière. Il y a deux ans, j’ai ressenti le besoin de me réinventer professionnellement. C’est le souvenir de mon stage infirmier qui a orienté mon choix.

Quels sont selon vous les atouts de la formation CRS?

A 54 ans, je ne me voyais pas m’engager dans un apprentissage de plusieurs années. La formation d’auxiliaire de santé de la Croix-Rouge suisse (AS CRS) dure quatre mois, dont quinze jours de stage. Deux jours par semaine, j’ai suivi l’enseignement théorique à la Croix-Rouge bernoise. J’ai pu en parallèle continuer à encadrer un groupe de jeu à hauteur de 10% de mon temps, et ce sans renoncer entièrement à mes loisirs. Les contenus du cours présentiel sont en outre accessibles sur une plateforme en ligne, ce qui m’a été utile.

Yolanda Affolter

Yolanda Affolter

Anciennement conseillère de mode puis assistante en publicité, cette auxiliaire de santé CRS travaille depuis six mois à l’EMS Sankt Niklaus à Koppigen, près de Berne. Agée de 56 ans et mère de deux enfants adultes, elle encadre par ailleurs un groupe de jeu.

Quelles connaissances vous servent le plus au quotidien?

Je dirais sans hésiter les exercices pratiques réalisés avec les responsables de cours. Je pense notamment à la manière d’accompagner et d’enrichir les séquences de mouvements des patients. La formation comprend en outre un stage obligatoire que j’ai effectué à l’EMS Sankt Niklaus.

Où situez-vous les défis de votre métier?

Ce n’est pas facile de satisfaire aux exigences des uns et des autres. Le temps d’exécution des soins est calculé au plus juste. Comme l’ensemble du personnel soignant, nous gardons constamment un œil sur la montre.

Auxiliaires de santé: des tâches variées

Qu’est-ce qui est appréciable dans votre travail et qu’est-ce qui l’est moins?

J’apprécie d’avoir un emploi du temps structuré et de travailler avec d’autres soignants. Ce qui est difficile, c’est lorsque les résidants se montrent agressifs et offensants du fait de leur maladie. La toilette n’est pas toujours la tâche la plus agréable. Il faut être capable de passer outre ses réticences.

Nous encourageons nos résidants à s’habiller seuls. Cela demande non seulement de faire preuve de patience, mais aussi de prendre le temps nécessaire.

Yolanda Affolter, auxiliaire de santé CRS

Dans ces moments-là, où puisez-vous votre motivation?

La reconnaissance que les résidants me témoignent chaque jour n’a pas de prix. Souvent, je suis la première personne qu’ils voient le matin. Ils parlent avec sincérité, je suis leur confidente.

Un conseil aux personnes attirées par une activité dans les soins?

Je ne peux que recommander la formation CRS. Les auxiliaires de santé sont des acteurs essentiels des soins de base en institution. Notre expérience de la vie nous rend capables d’écoute. Travailler au plus près de l’humain est une tâche gratifiante. La formation d’AS CRS nous y a préparés de façon optimale.

Formation d’auxiliaire de santé CRS

Cliquez ici pour accéder à la page

Formation d’auxiliaire de santé CRSEn savoir plus
Formation d’auxiliaire de santé CRS

Partager cette page