Violence des jeunes : de l’importance de réinsérer les délinquants

Organisation humanitaire neutre œuvrant en faveur de personnes et de groupes défavorisés, la CRS est solidaire de tous les efforts entrepris en vue d’appréhender la réalité de la violence chez les jeunes et d’en identifier précisément les causes. A condition qu’ils donnent lieu à la mise en place de mesures permettant de prévenir durablement le phénomène.

Les délits ne sont pas corrélés à l’origine, mais au statut social et au degré d’intégration sociale de leurs auteurs. Tel est l’un des messages qui ressortent d’un rapport du Département fédéral de justice et police (DFJP) intitulé « Violence des jeunes – Ampleur, causes et mesures envisageables », actuellement en consultation auprès des milieux intéressés. Se fondant sur ce constat, la CRS fait valoir dans sa réponse que toute offensive durable et efficace contre la violence des jeunes passe d’abord par un renforcement des mesures d’insertion en faveur des groupes défavorisés susceptibles de basculer dans la délinquance. Le travail étant un puissant vecteur d’intégration, il importe que les jeunes à risque puissent s’affirmer à travers l’exercice d’une activité professionnelle. « Il ne s’agit pas seulement de montrer aux délinquants juvéniles les limites à ne pas franchir et de les sanctionner, mais aussi de leur donner les moyens de se (ré)insérer. Ils doivent en outre être familiarisés avec des formes de gestion pacifique des conflits. » Les ateliers chili de la CRS constituent une démarche en ce sens.

Contre des mesures visant spécifiquement les étrangers

De l’avis de la CRS, les pratiques visant spécifiquement les migrants figurent en trop bonne place dans les propositions du DFJP : « Toute mise à l’index des jeunes issus de la migration dans une problématique qui concerne l’ensemble de la société les expose à l’exclusion en aggravant encore leur relégation sociale. » La CRS dénonce l’inconséquence d’une approche qui prétend résoudre le problème de la violence des jeunes par des mesures visant spécifiquement les étrangers : « Il convient de distinguer clairement les aspects relevant du droit pénal de ceux relatifs à la législation des étrangers ».

l est possible de consulter la prise de position de la CRS à droite sous « Matériel ».