Prévention de catastrophes au Honduras

Une efficacité avérée

Grâce au prestigieux Impact Award remporté en 2017, la CRS a pu évaluer les retombées de son programme de réduction des risques de catastrophe au Honduras. Et les résultats sont probants: investir dans la prévention pour atténuer les conséquences des aléas de la nature est un calcul payant.

En 2017, la Croix-Rouge suisse (CRS) se voyait décerner l’Impact Award, un prix financé par la Direction du développement et de la coopération (DDC) et supervisé par le Center for Development and Cooperation (NADEL) de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, et lançait sa première évaluation d’impact approfondie. Achevée fin 2019, l’analyse a révélé des résultats encourageants: la gestion des risques de catastrophe (GRC) est une méthode efficace pour renforcer de façon tangible la résilience des communautés. Bien sûr, ce n’était pas la première fois que la CRS auditait l’un de ses projets: ce genre de contrôle fait partie intégrante de tous ses programmes de coopération au développement. Mais les études d’impact présentent l’avantage de quantifier précisément les effets, tandis que celles menées en interne s’intéressent davantage à des aspects qualitatifs.

Partenariat avec l'EPFL

L’évaluation a porté sur le programme de GRC conduit depuis plusieurs années par la CRS dans 75 villages rattachés à trois municipalités du département d’Olancho, au Honduras. Pour la mener à bien, la CRS a conclu un partenariat de recherche avec le Centre de coopération et de développement (CODEV) de l’EPFL. L’analyse s’est articulée autour de trois questions: les communautés bénéficiaires sont-elles plus résilientes que celles n’ayant pas profité de l’intervention de la CRS? Dans quelle mesure les travaux de reforestation, de stabilisation des pentes et de drainage permettent-ils de réduire durablement les risques d’inondations et de glissement de terrain? Et enfin, dans quelle mesure les habitants sont-ils préparés à réagir de manière appropriée à de tels événements naturels?

Meilleure résilience

L’étude d’impact montre pour toutes les questions posées un effet significatif sur les communautés concernées par le programme de GRC. En particulier, les villages bénéficiaires ont vu des retombées positives dans trois aspects centraux de la résilience: connaissance et préparation aux catastrophes (63% des personnes ont une conscience avérée des risques, contre 37% au sein des autres communautés), cohésion sociale et gestion durable des ressources naturelles. Enfin, l’étude atteste également de la rentabilité économique du recours aux biotechnologies dans l’exploitation des sols. Il ressort donc clairement qu’il est judicieux d’investir aussi dans la réduction des risques plutôt que de simplement reconstruire ce qui a été détruit par la catastrophe.

Objectifs de développement durable

Cette activité de la CRS répond aux objectifs de développement durable de l’ONU.

Les offres dans votre région

Sélectionnez votre canton pour découvrir toutes les possibilités qu’offre la CRS.

Newsletter