Aide d’urgence dans les Balkans

Passer l’hiver au chaud

Au printemps dernier, la pluie est tombée pendant des jours entiers sur le sud-est de l’Europe, causant des inondations dévastatrices. Après avoir fourni une aide d’urgence en Bosnie-Herzégovine et en Serbie, la Croix-Rouge suisse (CRS) intervient aujourd’hui auprès des personnes touchées en les soutenant dans la réparation de leur logement et en leur fournissant des denrées alimentaires.

Les pluies incessantes de mai ont causé les pires inondations que le sud-est de l’Europe ait connues depuis plus d’un siècle. De vastes zones se sont retrouvées sous l’eau; des maisons, des routes, des ponts et des surfaces agricoles ont été détruites. De nombreux villages et villes ont été isolés du monde des jours durant, privés d’électricité, d’eau potable et de réseau téléphonique. Des glissements de terrain et des coulées de boue ont encore aggravé la situation, bloquant des rues et endommageant des maisons.

En Serbie, la Croix-Rouge a participé à l’évacuation de plusieurs milliers de personnes et à la distribution de biens indispensables. En Bosnie-Herzégovine, la CRS, présente depuis de nombreuses années à Tuzla, a pu faire intervenir son personnel déjà sur place et ainsi fournir rapidement une aide d’urgence. Après que l’eau s’est retirée, elle a, avec la Croix-Rouge bosniaque, donné aux personnes touchées le matériel nécessaire pour nettoyer et désinfecter leur maison: 400 déshumidificateurs ont tourné pendant des semaines pour sécher les logements, car les murs devaient être secs avant que ne commencent les travaux de réparation.

Après l’aide d’urgence

Automne 2014. Le froid s’installe peu à peu, l’automne touche à sa fin. En Bosnie-Herzégovine et en Serbie, les hivers sont généralement longs et rudes. Aussi est-il important que les logements endommagés soient prêts. «Avec les différents acteurs concernés, nous avons identifié pendant l’été les personnes que nous pouvions soutenir», explique Alexandra Papis, responsable de programme pour la Bosnie-Herzégovine. «Nous nous concentrons sur les sinistrés qui ne peuvent pas s’en sortir par leurs propres moyens: des personnes seules sans soutien, des familles sans revenu, des personnes âgées sans famille.»

En Bosnie, la CRS aide 1500 familles. «Notre but est qu’au moins une pièce soit prête pour l’hiver. Elle doit pouvoir être chauffée, les fenêtres doivent isoler du froid, etc. A cet effet, nous remettons 1000 euros à chaque ménage», précise encore Alexandra Papis. En outre, chaque famille reçoit 500 euros destinés à l’achat d’objets indispensables, tels qu’un réfrigérateur, du mobilier ou encore des couvertures chaudes. La distribution de ces montants commencera dans les prochains jours.

Les inondations ont aussi endommagé nombre de potagers familiaux et détruit presque toutes les récoltes. La population manque de provisions, d’autant plus que beaucoup de ce qui avait été stocké a été perdu. La CRS fournit donc aux ménages concernés des denrées alimentaires d’une valeur de 400 CHF. Le cas échéant, le montant peut également être versé en espèces, «afin que les bénéficiaires puissent acheter ce dont ils ont vraiment besoin: des aliments, de la nourriture pour bébé, ou encore des semences», termine Alexandra Papis.

La CRS en Serbie

En Serbie, la CRS collabore avec les Croix-Rouge serbe et autrichienne. Son action se concentre sur deux communes particulièrement touchées par les inondations, Paracin et Trstenik, toutes deux au bord de la Morava. Ciment, peinture et outils ont été distribué à 2300 familles pour qu’elles puissent réparer leur logement, enfin sec après un été pluvieux. Une aide financière a de plus été accordée à ces ménages pour l’achat de biens de première nécessité.