Balkans

Opérations de déblaiement après les inondations

Dans les Balkans, la phase d’aide d’urgence est terminée. A présent, il s’agit de permettre aux habitants de retrouver leur vie d’avant la catastrophe. La CRS s’est donné pour mission d’aider les sinistrés à rénover leurs habitations et de leur fournir des vivres.

En Bosnie et en Serbie, l’eau s’est retirée des régions inondées, mais les dégâts restent visibles. Plusieurs jours durant, le niveau des eaux a atteint jusqu’à deux mètres, rendant en maints endroits les appartements du premier étage inhabitables. Des maisons anciennes doivent être démolies. Rares sont les meubles à avoir survécu aux inondations. Dans beaucoup de rues, on retrouve sur les façades la trace caractéristique laissée par l’eau. Partout les fenêtres des premiers étages sont ouvertes afin de sécher les murs détrempés et de les débarrasser de l’odeur de moisi qui les imprègne. Les habitations sont désertes.

Les rues sont déblayées, le matériel d’aménagement, les décombres et les autres déchets ont été éliminés. Un grand nombre de bâtiments ont pu être rendus salubres et désinfectés grâce au matériel fourni par la Croix-Rouge suisse (CRS). Les 400 déshumidificateurs envoyés début juin tournent toujours à plein régime. En effet, il faut sécher les habitations le plus vite possible afin d’entamer les réparations. En attendant de pouvoir réinvestir leur maison, nombreux sont celles et ceux qui vivent encore chez des proches. Alors que nous sommes au beau milieu des vacances scolaires, on croise très peu d’enfants. Tous les habitants qui le pouvaient sont partis.

Au lendemain de l’aide d’urgence

Avec l’équipe de la CRS présente sur place, la Croix-Rouge locale, les autorités et la population, Alexandra Papis, responsable de programme Bosnie-Herzégovine de la CRS, a établi les prochaines étapes de l’aide. «Notre priorité, ce sont les sinitrés qui n’ont pas les moyens de s’en sortir: les personnes seules sans ressources, les familles sans revenus, les personnes âgées qui n’ont pas de famille», explique-t-elle. Dans la mesure du possible, une aide financière est versée aux habitants pour rénover leur habitation, réparer ou remplacer les sols, les fenêtres, les portes ainsi que le poêle ou le chauffage, repeindre ou remeubler.

Se préparer à l’hiver

Beaucoup sont privés de leur principal moyen de subsistance: leur jardin. Il est trop tard pour ressemer. Impossible donc de faire de nouvelles provisions pour l’hiver. Les personnes consomment à présent ce qui a pu être sauvé des inondations. La CRS fournira des vivres aux familles, notamment pendant l’hiver à venir pour les aider à faire la soudure. «Notre objectif, c’est que les habitants puissent semer au printemps prochain et subvenir à leurs propres besoins», conclut Alexandra Papis.