Sport de sauvetage

Les jeunes nageurs sauveteurs sont dans la course

Encore nageur ou déjà sauveteur? Voilà ce qu’on pouvait lire sur les t-shirts d’un groupe de jeunes qui participaient cette année aux Championnats suisses Jeunesse de natation de sauvetage, à Emmen. Pour Ready, Lara s’est rendue sur place et a suivi la compétition depuis le bord du bassin.

Normalement, par un temps aussi pluvieux, le Mooshüslibad d’Emmen devrait être pratiquement désert. Mais pas ce week-end. En effet, 850 nageurs sauveteurs, actifs dans 53 sections, y sont réunis pour se mesurer dans différentes disciplines. Le concours, dont l’objectif est d’allier sauvetage et compétition, dure deux jours.                        

Le sauvetage, un sport de compétition

L’idée d’introduire la compétition dans le monde du sauvetage n’est pas nouvelle et serait née en Australie, où la discipline figure parmi les sports les plus appréciés après le rugby. En Suisse, la Société Suisse de Sauvetage (SSS) organise tous les deux ans les Championnats suisses Jeunesse, et, chaque année, les Chamonnats suisses, destinés aux adultes. Les équipes sont composées de quatre à six personnes et alignent quatre sauveteurs dans chacune des épreuves. Ces dernières se répartissent en deux catégories, celles qui se disputent en piscine et celles qui se déroulent en eaux libres. Jusqu’à présent, seules les premières étaient au programme des Championnats suisses. Néanmoins, on constate une volonté d’inclure aussi les disciplines en eaux libres.

Au secours des otaries

Outre les disciplines de compétition (voir encadré), une épreuve ludique est chaque année mise sur pied par la section organisatrice. Les participants n’en découvrent la teneur que peu de temps avant le début des championnats. Cette fois-ci, ils doivent sauver des otaries en plastique déposées sur le fond de la piscine. Il leur faut donc aller chercher les figurines et les rapporter à leur chef de groupe, qui les amène ensuite, sur un plateau, à l’autre extrémité du bassin. Evidemment, sans rien perdre du précieux chargement! Grâce à la musique et aux encouragements du public, il règne une ambiance détendue et bon enfant.

Plus qu’une simple compétition

«C’était génial, nous avons eu beaucoup de plaisir», s’enthousiasment Eliane et Joana, de la section d’Olten. Elles font depuis longtemps partie de l’équipe et ont déjà disputé ensemble quelques compétitions. Elles ont dormi sous tente. Mais la nuit a été courte, car la section d’Emmen a organisé une fête samedi soir. «Avec le temps, nous connaissons aussi les membres des autres sections. L’an dernier, nous avons participé à un camp d’entraînement à Tenero. C’est chouette de recroiser ici les gens que nous avons rencontrés là-bas», ajoute Eliane. On peut également deviner qu’ici «esprit d’équipe» n’est pas un concept vide de sens: outre les numéros de dossard, les corps des nageurs sont ornés de dédicaces et autres œuvres d’art. Alors que je quitte la piscine, un t-shirt attire mon attention: Sans vouloir me vanter, je nage déjà sans manchons. Je rentre chez moi rassurée: les nageurs sauveteurs de la SSS sont en pleine forme et ils savent parfaitement comment réagir si un jour je devais me retrouver en difficulté dans l’eau.

Les disciplines de championats suisses jeunesse de nataion de sauvetage

Voici les différentes épreuves dans lesquelles concourent les jeunes nageurs sauveteurs:

4 x 25 m relais avec mannequin

Le but est de tracter un mannequin en maintenant sa bouche et son nez hors de l’eau et de le passer au nageur suivant dans la zone de changement. La course se termine lorsque le dernier relayeur touche le mur avec une partie de son corps.

4 x 25 m relais avec corde de sauvetage

Muni d’un harnais et d’une corde de sauvetage, le premier nageur parcourt 25 m en nage libre. Dès qu’il a touché le mur, il est tiré sur toute la longueur de la piscine par les membres de son équipe restés de l’autre côté. Le sauveteur suivant prend alors sa place et part à son tour. Le chronomètre s’arrête lorsque les quatre membres de l’équipe ont nagé.

4 x 50 m relais d’obstacles

L’un après l’autre, les quatre membres de l’équipe nagent 50 m en libre en passant des obstacles immergés. Ils doivent remonter à la surface au moins une fois avant chaque obstacle.

4 x 50 m relais avec ceinture de sauvetage

Chacun des membres de l’équipe accomplit une tâche différente. Le premier sauveteur part pour 50 m en libre, le deuxième parcourt la même distance en palmes, le troisième nageur effectue les 50 m avec une ceinture de sauvetage, qu’il transmet au dernier relayeur. Celui-ci doit emorquer sur 50 m le troisième équipier à l’aide de la ceinture de sauvetage.

Lancer de la balle de sauvetage

La balle est lancée depuis un podium. Selon les catégories, la cible, composée de cercles de 2 m, 4 m et 6 m de diamètre, se trouve à 12 m ou à 10 m. L’équipe dispose de 2 x 2 min pour le lancer.