Arménie

Une stratégie de la vieillesse pour l’Arménie

En raison d’une forte émigration, l’âge moyen de la population arménienne augmente rapidement. La pauvreté est largement répandue, et les aînés sont souvent abandonnés à leur sort. La Croix-Rouge suisse s’engage en faveur de ces derniers et appuie la Croix-Rouge arménienne.

Située dans le Caucase du Sud, l’Arménie est la plus petite des anciennes républiques soviétiques. Le pays est peuplé de 3 millions d’habitants, tandis que la diaspora arménienne – principalement établie en Russie, en France et aux Etats-Unis – compte, selon les estimations, 5 à 6 millions de personnes. Les flux de réfugiés de et vers l’Azerbaïdjan constituent un défi de taille pour l’Arménie.

La pauvreté est largement répandue en Arménie. En 2015, 30% de la population vivaient sous le seuil de pauvreté. Sont particulièrement concernées les personnes âgées, qui, du fait de l’émigration de la population active, représentent la majorité des habitants. Nombreuses sont celles abandonnées à leur sort. Parmi les femmes entre 60 et 64 ans, plus de 40% sont veuves.

Stratégie de la vieillesse et réseaux

Face à ces défis, l’Arménie est l’un des premiers pays à avoir élaboré un plan de mesures pour les personnes âgées. La Croix-Rouge suisse (CRS) soutient des projets d’aide à l’autonomie visant à favoriser un «vieillissement actif». Des groupes d’entraide s’engagent en faveur des personnes âgées, de leurs droits et de leurs besoins – notamment auprès des autorités. Des campagnes d’information sont menées afin de sensibiliser l’opinion à la situation des seniors.

Les soins à domicile – pour une meilleure autonomie

Dans deux régions, la CRS aide la Croix-Rouge arménienne à mettre en place des services de soins à domicile. Des soignants formés interviennent auprès de personnes malades, âgées ou handicapées à leur domicile et gèrent en outre une partie de leurs tâches ménagères, ce qui permet aux bénéficiaires de passer les dernières années de leur vie chez eux et de rester autonomes le plus longtemps possible. La durabilité du projet est favorisée par l’intégration des services d’aide et de soins à domicile au système national de santé.

Les soupes populaires améliorent la santé

Les personnes âgées touchent une pension de retraite, qui ne suffit toutefois pas à couvrir les dépenses de la vie courante. Des colis alimentaires et des soupes populaires allègent le budget et améliorent la santé. Les bénéficiaires reçoivent un repas chaud du lundi au vendredi. Le projet est mené dans quatre régions en partenariat avec la Croix-Rouge arménienne.

Pour une Croix-Rouge arménienne forte

La mise en œuvre de ces activités requiert une organisation forte sur place. C’est pourquoi la CRS aide la Croix-Rouge arménienne à se doter de ressources organisationnelles, d’une levée de fonds et de structures de formation. Les sections locales sont par ailleurs renforcées.