Bélarus

Santé et cohésion sociale

Au Bélarus, la Croix-Rouge encourage la professionnalisation des soins à domicile et contribue ainsi à améliorer le quotidien des personnes âgées, handicapées et malades. La CRS soutient par ailleurs sa consœur bélarussienne dans le domaine de la levée de fonds: l’objectif est de pérenniser le financement de ces prestations à domicile, qui répondent à des besoins importants.

Le Bélarus, ancienne république soviétique, est un pays isolé économiquement. Les habitants quittent massivement les campagnes pour gagner la capitale Minsk, et nombreux sont ceux qui émigrent même en Europe de l’Ouest ou en Russie. Ils laissent derrière eux de nombreux seniors, enfants et défavorisés que l’Etat n’a pas les moyens de prendre en charge tout seul. De surcroît, dans le sillage de la crise ukrainienne, le Bélarus a accueilli plus de 150 000 réfugiés.

A ce contexte morose s’ajoutent les retombées de la catastrophe de Tchernobyl (Ukraine, 1986), qui a contaminé pour des siècles 25% de la surface du pays. Depuis, le nombre de cas de cancers est à la hausse, tout comme la morbidité de manière générale. L’état de santé globalement médiocre de la population, combiné à son vieillissement, se traduit par des besoins importants en matière de prestations médico-sociales.

De nouveaux modèles de financement

Les oubliés du système médical bélarussien sont avant tout des personnes seules âgées, handicapées ou souffrant de maladies chroniques. La Croix-Rouge suisse (CRS) et sa Société sœur locale s’attachent à améliorer leur situation en développant un système professionnel d’aide et de soins à domicile. Pour les personnes seules, les infirmières formées par la Croix-Rouge sont souvent l’unique lien avec le monde extérieur. La prise en charge professionnelle qui leur est offerte permet aux malades et aux seniors de continuer à vivre dans leur environnement familier. Les infirmières sont soutenues par des bénévoles de la Croix-Rouge, qui aident les bénéficiaires à leur domicile, leur font les courses et leur assurent, tout simplement, une présence régulière.

Les soins à domicile de la Croix-Rouge bélarussienne rencontrent un succès certain. L’organisation entend renforcer encore le degré d’autofinancement de ses programmes et envisage pour cela de nouvelles approches: contrats de prestations avec l’Etat, offres rentables, opérations de collecte de dons. Dans cette optique, la CRS la fait profiter de son savoir-faire en matière de levée de fonds et de marketing.

Aide de voisinage

Les seniors ne sont pas un poids, mais une richesse ­– tel est le credo sur lequel se fonde l’engagement de la Croix-Rouge bélarussienne. Dans 48 villes du pays, des groupes d’entraide et des réseaux locaux de bénévoles apportent une contribution essentielle à la société. La Croix-Rouge renforce l’aide de voisinage et fait le lien entre les différentes parties prenantes. Les groupes apprennent à défendre leurs intérêts, entre autres vis-à-vis des autorités, mais aussi à faire valoir les droits des personnes âgées.

Promotion de la santé et prévention

Des bénévoles de la Croix-Rouge mènent dans les communes et les écoles des campagnes de sensibilisation à des modes de vie plus sains. Des formations sur l’alimentation, l’activité physique et la prévention sont organisées au profit des collaborateurs de la Croix-Rouge, des personnels publics de santé ainsi que de tous ceux que ces sujets intéressent – quel que soit leur âge. Des mesures qui ont pour effet de renforcer le système de santé et de sensibiliser les pouvoirs publics, les autorités et les décideurs à ces thématiques.

Kinesthésie

La Croix-Rouge bélarussienne s’appuie sur l’expertise de la CRS pour former des soignants à la kinesthésie. Visant à développer le sens du mouvement, celle-ci favorise la mobilité et contribue à l’autonomie des personnes tributaires de soins ou d’une prise en charge. Elle peut donc avoir un impact positif sur la santé des bénéficiaires et leur intégration sociale.

De leur côté, les soignants peuvent tirer profit de la kinesthésie pour ménager leur propre organisme, eux qui doivent effectuer un travail souvent pénible d’un point de vue physique (ex.: prévention des problèmes de dos).

L’union fait la force: dans le cadre de leur engagement bénévole avec la Croix-Rouge, des personnes âgées n’hésitent pas à déblayer la neige ou à couper du bois pour ceux qui n’ont plus la force d’effectuer ces travaux difficiles.

©  Croix-Rouge suisse – Coopération internationale