Ghana

Des femmes au service de la santé

La Croix-Rouge suisse s’engage dans le nord du Ghana pour faire reculer la mortalité materno-infantile et soigner les maladies oculaires. Elle s’efforce en outre de garantir au plus grand nombre un accès à l’eau et à des installations sanitaires ainsi que de diffuser le plus largement possible les bonnes pratiques en matière d’hygiène. Enfin, elle soutient la population dans la prévention des catastrophes.

La Banque mondiale a beau classer le Ghana parmi les pays à revenu intermédiaire, près du quart de la population vit sous le seuil de pauvreté: les zones rurales et les régions du nord sont loin de la relative prospérité de certaines parties du sud. La situation sanitaire est particulièrement préoccupante dans les villages reculés, où la couverture médicale et l’accès à l’eau potable sont quasi inexistants. Le paludisme, les infections pulmonaires, les affections diarrhéiques et d’autres maladies souvent évitables tuent de nombreux enfants. Soutenue par la Croix-Rouge suisse (CRS), la Croix-Rouge ghanéenne (GRCS) intervient dans le nord, là où la détresse est la plus criante, dans l’optique de pallier les insuffisances du système de santé et d’atténuer l’impact des catastrophes.

Des «clubs de mères» pour informer et sensibiliser

Dans le Haut Ghana Oriental et la Région du Nord, la Croix-Rouge a pour objectif d’améliorer la santé des mères et de leurs enfants et de faire baisser la mortalité materno-infantile, encore trop élevée. Bien ancrées au sein de la population et formées à leurs tâches par les autorités sanitaires, les femmes bénévoles des «clubs de mères» sensibilisent les habitants dans les domaines de la prévention des maladies, de l’hygiène, de l’alimentation, de la grossesse, de l’accouchement et du planning familial. Grâce à elles, il est aujourd’hui normal pour une femme d’accoucher dans une clinique plutôt que chez elle. En outre, des centaines de mères et d’enfants ont pu être dirigés vers des établissements spécialisés pour y recevoir les soins nécessaires. Par leurs chansons sur la santé, diffusées à la radio, ces femmes engagées atteignent de grands pans de population et influencent durablement les comportements.

Prévention des affections oculaires

Souvent négligés, les troubles de la vue font des ravages dans le nord du pays. La CRS s’engage aux côtés de la GRCS et des autorités sanitaires locales dans la prévention et la prise en charge des maladies oculaires et de la cécité liée à la pauvreté. Des bénévoles Croix-Rouge spécialement formés mènent des dépistages dans des villages reculés, orientant au besoin les habitants vers des cliniques ophtalmologiques – mises sur pied par la GRCS grâce au soutien de la CRS – en vue d’examens complémentaires, de traitements et d’éventuelles opérations. Cette action permet notamment de repérer et de soigner les problèmes oculaires chez les enfants, et donc d’améliorer non seulement leur état de santé, mais aussi leurs chances de formation.

Accès à l’eau potable et aux installations sanitaires et diffusion des bons comportements en matière d’hygiène

Un accès insuffisant à l’eau potable et à des latrines représente un risque majeur pour la santé. La situation est particulièrement précaire dans le nord-est du pays, où plus de 90% de la population doit faire ses besoins à l’extérieur, généralement sans pouvoir se laver les mains. Et les infrastructures nécessaires font aussi défaut dans les établissements publics tels que les dispensaires.

Une visite du centre de santé de Manyoro montre que la situation au nord du Ghana est critique en termes d’accès à l’eau et aux installations sanitaires. Dans ce centre de santé où les femmes se rendent pour accoucher, une bonne hygiène est particulièrement importante.

© SRK, Bernard van Dierendonck

Grâce au soutien de la CRS, la GRCS dote progressivement de latrines et d’un accès à l’eau courante quinze centres de santé de différents districts où les femmes se rendent pour accoucher. Ces dispensaires sont situés dans des communes où la CRS mène des projets de santé materno-infantile. Une bonne hygiène est particulièrement importante pour réduire la mortalité materno-infantile, encore trop élevée. Les installations sanitaires, l’accès à l’eau potable et les comportements en matière d’hygiène seront également améliorés dans trois écoles du pays. De plus, la Croix-Rouge va s’engager dans 20 communes afin de garantir l’accès à une eau salubre et à des toilettes à la population rurale, laquelle est encouragée à suivre résolument les nouvelles mesures d’hygiène. Dans cette optique, les habitants reçoivent notamment des récipients adéquats pour pouvoir transporter et conserver l’eau de façon sûre.

Atténuer l’impact du changement climatique

Dans le nord du Ghana, le réchauffement climatique est à l’origine d’une multiplication des feux de brousse, des tempêtes et des inondations. Il provoque également une recrudescence des cas de maladies infectieuses comme la méningite (sécheresses) et le choléra (inondations). La CRS unit ses efforts à ceux de la GRCS et de l’organisation gouvernementale de protection contre les catastrophes pour aider la population à faire face. Dans les villages les plus sévèrement touchés, des équipes d’aide d’urgence sont mises en place. Leurs membres sont dûment formés et reçoivent, en fonction des circonstances, des kits de premiers secours, des moyens antiincendie, du matériel de sauvetage aquatique ou encore des dispositifs de traitement de l’eau – de quoi limiter, à l’échelle locale, l’impact des catastrophes.

Geografische Lage