Bolivie

De meilleures conditions de vie pour les familles indigènes

La CRS, en étroite collaboration avec des organisations indigènes, contribue à l’amélioration de la santé dans des régions défavorisées.

Par le passé, ce pays d’Amérique latine sans débouché sur la mer a été fréquemment paralysé par des blocus et des troubles politiques. Mais depuis neuf ans, la Bolivie est politiquement stable. Elle s’est dotée d’une nouvelle constitution qui lui a permis de s’engager sur la voie de la modernité. Grâce à une politique d’intégration sociale efficace conjuguée à une croissance économique stable, la pauvreté a sensiblement reculé. Toutefois, plus de 40% de la population vit encore sous le seuil de pauvreté et un grand nombre d’enfants souffrent de malnutrition.

Dans des régions reculées et défavorisées du sud-est du pays, la Croix-Rouge suisse (CRS) collabore main dans la main avec des organisations indigènes pour améliorer les conditions sanitaires. En 2015, elle intervient dans cinq régions et deux territoires, le canton de Poco Poco et ses 25 villages étant la plus grande zone bénéficiaire. Au total, la CRS améliore l’accès aux soins et la qualité de vie des habitants de plus de 80 villages. Parallèlement, elle aide les organisations indigènes à faire valoir leurs droits.

Aide d’urgence au lendemain de catastrophes naturelles

La population rurale est régulièrement frappée par des catastrophes naturelles, telles que sécheresses ou inondations. En collaboration avec la Croix-Rouge bolivienne et ses partenaires indigènes, la CRS distribue vivres, eau potable et médicaments aux familles démunies. Par ailleurs, la Croix-Rouge aide les habitants à mieux se préparer à des catastrophes futures.

En Espagnol: 

Accès aux soins

De concert avec les autorités locales, la CRS contribue à améliorer la prise en charge médicale dans les régions reculées. Des agents de santé bénévoles prodiguent les premiers secours dans les villages et traitent les maladies répandues telles que la diarrhée et les affections respiratoires. Ils procèdent à des contrôles prénataux, examinent les enfants en bas âge et adressent les cas graves au dispensaire le plus proche. L’approvisionnement des communautés en eau potable est essentiel, tout comme l’éducation de la population à l’hygiène et au planning familial. La CRS prête main-forte au personnel des dispensaires pour mettre en œuvre efficacement les directives prévues par la politique de santé.

Prévention dans les écoles

La coopération avec des établissements scolaires occupe une place toujours plus importante dans le programme de santé de la CRS en Bolivie. Il s’agit avant tout de susciter une prise de conscience et de favoriser la prévention. En partenariat avec le conseil de formation de la population quechua, les programmes scolaires sont adaptés dans les régions rurales pour qu’enfants et adolescents soient sensibilisés dès l’école à l’importance de la santé.

Médecine traditionnelle

La médecine traditionnelle complète la médecine occidentale. La Croix-Rouge cherche par conséquent à s’assurer la collaboration des guérisseurs et des sages-femmes traditionnelles, à qui elle dispense une formation continue. La culture et la préparation de plantes médicinales permettent de préserver une partie de l’héritage culturel des communautés indigènes.

Renforcement des partenaires

La CRS encourage l’autogestion des organisations indigènes en proposant à leur personnel une formation continue en gestion de projets, en comptabilité et en administration. Elle leur donne les moyens de collaborer avec les dispensaires et les hôpitaux de proximité, améliorant ainsi sensiblement la prévention et le traitement de maladies. La CRS aide également la Croix-Rouge bolivienne à mettre en œuvre des projets de prévention des catastrophes et à consolider la représentation régionale dans le département de Chuquisaca.