Moldavie

Lutter contre la solitude

La Moldavie est le pays le plus pauvre d’Europe. Ses habitants vivent dans des conditions précaires, en particulier dans les campagnes, et beaucoup d’entre eux ont difficilement accès à des soins médicaux. La misère économique et le manque de perspectives obligent de nombreuses personnes à émigrer. La CRS s’engage en favorisant les soins à domicile, en aidant les personnes âgées à vieillir dans la dignité et en soutenant un secours d’hiver pour les plus démunis.

Près du quart des 3,5 millions de Moldaves gagnent leur vie comme travailleurs étrangers en Europe de l’Ouest, en Russie ou en Roumanie. Lorsque les conditions économiques deviennent difficiles, ils sont les premiers à perdre leur emploi. Or leurs proches restés au pays, essentiellement des personnes âgées et des enfants, dépendent de l’argent qu’ils leur envoient de l’étranger. La situation est particulièrement difficile pour les seniors, livrés à eux-mêmes avec des rentes à peine suffisantes pour survivre. Nombre d’entre eux doivent de surcroît s’occuper de leurs petits-enfants, qui souffrent pour leur part de l’absence des parents.

Soigner et apporter un soutien à domicile

La pauvreté est ici une réalité de tous les instants. A la campagne, il faut la plupart du temps aller chercher l’eau au puits, et les toilettes se trouvent dans la cour. L’hiver, il est difficile de chauffer les maisons, mal isolées. Les personnes malades et fragiles se retrouvent vite en situation d’urgence. Afin de soulager cette détresse, la Croix-Rouge suisse (CRS) aide les organisations locales de quatorze communes du nord de la Moldavie à mettre en place un service d’aide et de soins à domicile accessible à tous. Des soignants sont ainsi formés aux prestations extrahospitalières; ils se rendent régulièrement au chevet de personnes malades ou handicapées et leur assurent une prise en charge médicale de base.

Promouvoir la santé et une vieillesse active

L’un des objectifs prioritaires de la CRS est de permettre aux personnes âgées de vieillir dans la dignité. Son travail en Moldavie s’articule par conséquent autour de la promotion d’une attitude positive face au vieillissement et autour de l’intégration sociale des représentants du troisième âge – ce qui passe entre autres par une multiplication des communes «amies» des aînés. La CRS aide les autorités à mettre au point une stratégie Vieillesse tenant compte des besoins des seniors.

Pour beaucoup de ces derniers, la solitude est un vrai problème, car leurs enfants, devenus adultes, sont loin. Des clubs destinés aux personnes âgées ont donc été créés dans quatorze communes du pays. Leurs membres se rencontrent régulièrement et élaborent ensemble des idées visant à améliorer leur qualité de vie. Des campagnes de sensibilisation sont en outre organisées en faveur d’un mode de vie plus sain.

Aide hivernale aux plus démunis

En hiver, lorsque la détresse est encore plus grande et que les habitants des villages ne peuvent pas agrémenter leur assiette des légumes du jardin, la CRS appuie l’organisation de soupes populaires. De janvier à avril, un copieux repas chaud est servi chaque jour aux plus démunis. Ces distributions sont gérées par les organisations locales et soutenues financièrement par la CRS grâce aux dons collectés au profit de l’action 2 x Noël.

Sécurité transfusionnelle

La Moldavie tire également parti de la longue expérience de la CRS dans le domaine de la sécurité transfusionnelle. Le programme mené en la matière par la CRS participe en effet au renforcement du système de santé national. L’objectif est que le service de transfusion sanguine moldave puisse couvrir chaque année les besoins transfusionnels de 35 000 patients.