Togo

Quand les mères font barrage au coronavirus

La pandémie de coronavirus révèle le bien-fondé des projets d’accès à l’eau et à l’hygiène déployés depuis des années par la CRS dans nombre de ses pays d’intervention. Au Togo, les femmes bénévoles des clubs de mères mettent à profit leur réseau pour endiguer efficacement la propagation du Covid-19.

Yawa Mewezino habite dans le petit village d’Aou Mono Bidjadadé, au Togo. Il y a un an, elle nous avait montré les installations sanitaires que sa famille a pu construire avec le soutien de la Croix-Rouge. «Depuis que nous utilisons les latrines et nous lavons les mains régulièrement, mes enfants sont moins malades», déclarait la jeune mère. Aujourd’hui, le Togo compte parmi les 30 pays dans lesquels la Croix-Rouge suisse (CRS) aide depuis le début de l’année ses Sociétés sœurs du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge à endiguer la pandémie de coronavirus. Dans les régions d’intervention de l’organisation, des clubs de mères formées par ses soins sensibilisent la population aux mesures d’hygiène. Car le lavage des mains permet d’endiguer quantité de maladies redoutées – dont le Covid-19.

Combattre les fausses rumeurs

Dans les villages reculés du nord du pays, l’approvisionnement en eau potable est un véritable défi, qui souvent contraint les femmes à de longues marches quotidiennes. Dans ce contexte, il est heureux que la famille Mewezino ait eu l’occasion de s’habituer aux règles d’hygiène avant l’irruption de la pandémie. «Le coronavirus montre clairement le bien-fondé des projets d’accès à l’eau et à l’hygiène que nous déployons depuis des années dans bon nombre de nos pays d’intervention», souligne Fabio Molinari, responsable de programme de la CRS au Togo. Ces derniers mois, la CRS a distribué dans 50 villages des produits désinfectants, du matériel de protection et des affiches informatives sur le coronavirus aux clubs de mères, lesquelles s’attachent à relayer les messages essentiels dans le cadre d’émissions radio, de pièces de théâtre et de visites à domicile. «Dans les villages, les rumeurs vont bon train: le Covid-19 serait une maladie de Blancs, de riches ou de citadins. Pour éviter que les gens ne sous-estiment le risque, les bénévoles locaux mènent un gros travail de sensibilisation. Ils ont accès à des informations avérées et peuvent répondre aux questions les plus urgentes», poursuit Fabio Molinari.

Objectifs de développement durable

Cette activité de la CRS répond aux objectifs de développement durable de l’ONU.

Les offres dans votre région

Sélectionnez votre canton pour découvrir toutes les possibilités qu’offre la CRS.

Newsletter