Community ASS

Un poste sanitaire au milieu des trèfles

Une fois par mois, les enfants du groupe Help de Derendingen apprennent de façon ludique et féérique à garder la tête froide pour administrer les soins appropriés en cas d’accident et de maladie. Alors, qui sauvera Raiponce?

Il était une fois…

Lundi soir 13 avril 2015 en lisière de forêt à Derendingen. De loin, on voit évoluer des T-shirts verts fluo entre les arbres. Il s’agit d’un groupe d’enfants et d’adolescents rassemblés au pied d’une tour aux murs recouverts de lierre. De la petite fenêtre en hauteur on voit pendre une tresse un peu trop courte et on entend des plaintes et des gémissements. Est-ce vraiment la voix de Raiponce? En fait, comme la vraie Raiponce n’a pas pu se rendre dans le canton de Soleure ce soir, c’est Conny Piller, chef d’équipe du groupe Help de Derendingen, qui la remplace. Cachée dans la tour, désespérée, elle explique son problème à l’auditoire attentif: Raiponce s’est blessée sur des gravats et son prince est tombé de la tour abîmée. Les enfants doivent donc rapidement apprendre à faire des bandages, puis réparer la tour de Raiponce, afin qu’elle et son prince puissent être réunis et vivre heureux jusqu’à la fin des temps.Pour ce faire, les Helpis se répartissent en trois groupes et vont s’asseoir avec leur moniteur à une table où ils apprendront la théorie et s’exerceront à la mettre en pratique. Aujourd’hui, ils découvrent com¬ment faire un bandage en cas de blessures musculaires et articulaires selon le schéma RGCE (Repos – Glace – Compression – Elévation). Les exercices Help ont lieu une fois par mois, sauf pendant les vacances d’été en juillet. Conny Piller et ses moniteurs choisissent à chaque fois un nouveau conte de fées et l’assortissent d’un contenu didactique qu’ils transmettront aux jeunes dans la joie et la bonne humeur.

L’art du bandage: tout un apprentissage

A la première table, on apprend à bander un coude dans les règles de l’art. Il faut tenir compte de plusieurs facteurs et être adroit. Une fois que les enfants ont bien observé la technique, ils l’essaient à leur tour. Avec patience et précision, ils tentent de refaire à l’identique le bandage sur les coudes de leur moniteur. S’ils se trompent, celui-ci corrige leur erreur, puis ils continuent leur tâche sans se déconcentrer. A la table voisine, c’est un bandage de la base du pouce qui est étudié. Cela semble nettement plus compliqué à réaliser. C’est surtout le début qui est délicat, comme le découvre un des Helpis. Mais après s’y être repris à plusieurs fois, il réussit à faire tenir le bandage. A la dernière table, on apprend à bander un pied. Là encore, il y a des trucs à connaître et il faut plusieurs essais avant que le bandage tienne. Même si les techniques sont parfois un peu compliquées, tous sont attentifs et apprennent vite. «Je suis toujours fascinée de voir avec quelle rapidité les enfants intègrent tout ça», commente Conny Piller en allant d’une table à l’autre pour veiller au grain et corriger le tir au besoin. Conny a repris le groupe Help de Derendingen il y a trois ans, alors qu’il ne s’y trouvait presque plus d’enfants et que l’on songeait à le dissoudre. Depuis lors, avec sa petite équipe, elle a constitué un groupe conséquent qui aujourd’hui compte 22 enfants et adolescents.

Après les leçons, la récréation

Une fois que les enfants sont passés à chaque poste et ont réussi à faire tous les bandages, ils sont prêts à sauver Rai-ponce et à réparer la tour. Pour cela, filles et garçons sont répartis en deux groupes. Les garçons doivent rassembler des pierres pour consolider la tour et les filles doivent aller en forêt récolter des cheveux de Raiponce. Le but du jeu est de courir le plus vite possible dans la forêt et de revenir tout aussi vite au coup de sifflet pour ensuite montrer ce qui a été appris. Il s’agit en effet de refaire rapidement un des bandages étudiés et ce n’est que lorsqu’il est réussi que la chasse aux pierres ou aux cheveux peut reprendre. Après trois manches, tous les cheveux – de longs fils dorés – ont été trouvés et les garçons ont eux aussi réuni leur contingent de pierres. Tandis qu’ils les appliquent sur les fissures de la tour, les filles fabriquent une longue tresse avec les fils récoltés. A présent la tour de Raiponce a retrouvé sa stabilité et le prince peut utiliser la chevelure toute neuve de sa belle pour se hisser jusqu’à elle. C’est gagné, Raiponce est heureuse. Pour cet acte héroïque, les gentes dames et preux chevaliers ont bien sûr mérité une belle récompense sous forme de saucisses de Vienne et de soupe aux lettres. Un joyeux repas pour une soirée réussie!