Dossier Seniors et solitude

Les risques

La vieillesse n’est pas synonyme de solitude. Mais certains facteurs inhérents à cet âge de la vie peuvent être source de solitude.

Les facteurs suivants peuvent faire le lit de la solitude:

  • veuvage, perte du compagnon ou de la compagne 
  • effritement du réseau social consécutif à la perte de relations anciennes (décès, déménagements) 
  • privation de l’environnement familier du fait de l’admission dans un foyer
  • limitation de l’autonomie, en raison p. ex. des contraintes inhérentes à la vie en EMS (horaires des repas, plan de table, etc.)
  • désinvestissement des rôles et fonctions anciens
  • réduction de l’activité consécutive à la maladie, à la perte de mobilité
  • rétrécissement de l’horizon temporel, des perspectives d’avenir (sentiment d’arrêt, peur de la mort), problèmes de santé et douleurs, soucis financiers

Etant donné que les femmes sont, du fait de leur espérance de vie plus élevée, davantage exposées que les hommes à des problèmes de santé (p. ex. démences), plus nombreuses qu’eux à vivre seules et plus souvent en proie à la précarité financière, elles sont davantage menacées par la solitude.

Si elle prend un caractère durable, la solitude peut même entraîner un état de «pétrification intérieure».