Blog

Etudiante donne rendez-vous à retraitée

Monique Jaquet et Asvine Thillairajah font la paire, malgré les 50 années qui les séparent. La plus âgée est retraitée, la plus jeune est bénévole à la Croix-Rouge.

Monique est dynamique, mais pas matinale. Elle est cependant volontiers prête à faire une exception lorsqu’Asvine Thillairajah lui rend visite. Nous sommes mardi. A dix heures pile, la jeune bénévole de la Croix-Rouge neuchâteloise sonne à la porte, comme convenu. Monique reçoit Asvine comme une vieille amie, lui collant trois bises sur ses joues glacées. Il fait -10 degrés dehors, la chaleur de l’accueil est d’autant plus agréable.

Le tandem s’installe devant l’ordinateur portable. L’appareil trône dans le salon, équipé de tout le toutim. Aujourd’hui, Asvine a décidé de montrer à Monique le site de la TSR. Ça tombe bien, Monique ayant manqué la veille une séquence d’histoire vivante consacrée à «Naples, ville ouverte». «J’apprécie qu’Asvine vienne à la maison, car j’ai de petits soucis de santé. Si je devais sortir pour me rendre à un cours d’informatique, je serais bien embêtée», confie Monique. «Et tout seule, je n’y arriverais jamais !».

Ne dit jamais jamais

Depuis le mois de février dernier, Asvine, 20 ans, et Monique, 71 ans, se voient donc une fois par semaine. En quelques mois, Monique a appris à jongler avec son ordinateur: sa boîte à e-mails, par exemple, n’a (presque) plus de secrets pour elle. «Elle est douée », confirme la jeune bénévole en levant ses deux pouces.

Monique se sert de son ordinateur pour faire des mots croisés, envoyer et recevoir des messages rigolos et consulter les nouvelles de Neuchâtel et du monde. Et Facebook ? «Ah ça non, je n’ai pas le temps. Je n’arrive déjà pas à téléphoner à mes vrais amis autant que je veux », s’exclame la retraitée, heureuse de ne plus devoir se plier à ses obligations professionnelles. Et pourtant, piquée par la curiosité, elle va demander dans les minutes qui suivent à Asvine de lui ouvrir un compte Facebook. Surtout pour devenir entrer en contact avec son amie Rozalia, qui habite loin de Neuchâtel.

Asvine, étudiante en sciences humaines à Neuchâtel et domiciliée à Yverdon, est heureuse d’avoir croisé le chemin de Monique. Elle appréhendait leur première rencontre, se demandait si elle avait vraiment bien fait de s’engager comme bénévole à la Croix-Rouge. Ce fut finalement une immense et très bonne surprise. Ayant quitté le Sri Lanka avec ses parents, Asvine n’a jamais connu ses grands-parents. Monique comble un peu cette lacune. « On discute beaucoup, c’est agréable d’avoir le point de vue d’une personne qui a du recul », souligne la jeune femme. Elle compte bien continuer l’aventure le plus longtemps possible. « Et même lorsque mes études seront terminées, je passerais vous dire bonjour », promet-elle à Monique.