Familles déchirées

Quand les familles sont déchirées

Facteurs de stress et besoins psychosociaux des proches de personnes disparues ou séparées de leur famille

Pouvoir vivre une vie de famille est un besoin fondamental de tout un chacun et un droit garanti par différentes conventions nationales et internationales telles que la Déclaration universelle des droits de l’homme (Art. 12), la Convention européenne des droits de l’homme (Art. 8,Droit au respect de la vie privée et familiale, ou encore la Constitution fédérale (Art. 14, Droit au mariage et à la famille). Pourtant, nombreux sont celles et ceux qui ne peuvent exercer ce droit. C’est souvent le cas des bénéficiaires de l’action de la Croix-Rouge suisse (CRS).

Le Service de recherches et le Service de conseil en matière de visa humanitaire de la CRS justifient tous deux d’une longue expérience et d’une grande expertise du travail avec les proches de personnes disparues ou séparées de leur famille. Depuis sa création il y a plus de 70 ans, le Service de recherche CRS a pu observer comment des sentiments ambigus d’espoir et de désespoir apparaissent pendant les recherches. Quant au Service de conseil en matière de visa humanitaire, il est témoin depuis son institution de l’importance cruciale que revêt le regroupement de la famille pour les personnes concernées.

Sur la base de ces deux perspectives, un article analysant les facteurs de stress et les besoins psychosociaux des proches de personnes disparues et des personnes séparées de leur famille vient de paraître.

L’expérience de la CRS montre que les proches de disparus et les personnes séparées de leur famille sont souvent confrontés à des difficultés psychosociales et à des problèmes de santé mentale non négligeables, ce qui entraîne généralement une inaptitude à mener une vie normale et à s’intégrer dans le nouveau pays ou le pays d’accueil. C’est pourquoi la CRS a élaboré différentes activités visant à aider les personnes concernées à faire face à l’ambivalence déstabilisante de leurs sentiments et à réduire l’isolement au sein de leur famille et de leur communauté.

La CRS a aussi formulé des recommandations à l’intention du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et des autorités compétentes afin d’améliorer le bien-être des proches de disparus et des personnes séparées de leur famille et de faciliter la réunion des familles.

Pour lire l’article complet, regardez sous Information complémentaires