Beaucoup de parents livrés à leur sort

Nouvelles prestations CRS pour les familles

Il arrive dans des situations exceptionnelles que des parents aient besoin de faire appel à la dernière minute à une personne de confiance pour garder leurs enfants. De plus en plus souvent, des familles en difficulté se tournent vers les associations cantonales de la Croix-Rouge. Dans ce contexte, la CRS développe de nouvelles prestations d’aide.

Texte: Christine Rüfenacht

Conclusion préoccupante du rapport statistique 2017 Les familles en Suisse. Crèches, mamans de jour et autres intervenants contribuent à mieux concilier vie professionnelle et vie de famille. Mais quels sont les recours dans une situation grave, où les parents ne sont temporairement pas en mesure de s’occuper de leurs enfants? Vers qui peut se tourner une maman seule et épuisée qui souffre d’une dépression ou des parents poussés à bout par les pleurs de leur nouveau-né? Vers les grands-parents, les amis ou le voisinage, penserez-vous. Mais beaucoup de familles n’ont pas ou plus de réseau social, conséquence notamment de la précarité, qui touche particulièrement les ménages monoparentaux.

Mais quels sont les recours dans une situation grave, où les parents ne sont temporairement pas en mesure de s’occuper de leurs enfants?

C’est justement là qu’intervient les gardes d’enfants formées par la Croix-Rouge suisse. Elles prennent temporairement en charge les enfants à domicile. Les parents sont ainsi soulagés et peuvent se ressourcer et, le cas échéant, se consacrer à la résolution de leurs problèmes. Les enfants, eux, peuvent rester à la maison, un environnement familier où ils se sentent en sécurité.

Parents en détresse

De plus en plus, les pères et les mères fragilisés qui frappent à la porte de la CRS sont aussi en demande d’un soutien plus profond et d’un accompagnement au quotidien. Parce qu’ils vivent dans la précarité et souffrent d’isolement, de fragilités psychiques ou physiques, ou ne sont pas bien intégrés.

De plus en plus, les pères et les mères fragilisés qui frappent à la porte de la CRS sont aussi en demande d’un soutien plus approfondi et d’un accompagnement au quotidien.

En réponse à cette demande, la CRS a commencé à développer de nouvelles offres s’inscrivant dans la durée. A cet effet, elle a travaillé en réseau avec d’autres acteurs. On peut citer en exemple le projet pilote de soutien aux familles, lancé l’an dernier dans la région Seeland. Régulièrement, des bénévoles rendent visite à des parents: ils les écoutent, leur apportent un soutien dans le rôle parental dans un quotidien agité. Parfois, il s'agit simplement d'aider des parents dépassés par l’arrivée de jumeaux. 

Bien démarrer dans la vie

Le bien-être des enfants est ainsi au cœur de la mission de la CRS. Ceux issus des milieux défavorisés font l’objet d’une attention particulière, car ils ne bénéficient souvent pas des mêmes chances que les autres. D’où le lancement d’un projet d’accompagnement, cette fois-ci à Bâle-Campagne, en faveur des enfants en bas âge. Un soutien spécifique en vue de l’entrée à l’école enfantine leur est dispensé de façon à rattraper les éventuels retards et à augmenter leurs chances de réussite scolaire et d’intégration sociale. Un gain pour toute la vie!