du magazine de de la jeunesse ready for red cross

Dans la peau d’une personne âgée

Les mouvements sont difficiles, la vision est diminuée et boutonner ses vêtements devient un défi redoutable. Grâce à la combinaison AgeMan, Fiona a pris plusieurs décennies en une demi-heure.

de Fiona Kauer, Croix-Rouge Jeunesse bâloise

En mars s’est tenue à Baden EXPOsenio, une foire à l’intention des personnes âgées. Guichet CFF, entreprise de pompes funèbres, fabricant de vêtements de sport – autant de stands qui ont donné au public un éclairage sur différentes questions. Pour autant, le salon n’a pas été boudé par les jeunes. La Croix-Rouge argovienne, qui figurait également parmi les exposants, avait mobilisé à leur intention AgeMan. Cette combinaison permet de se glisser dans la peau d’un senior. Faire l’expérience du grand âge: c’est précisément le but de mon passage!

D’abord réduire la mobilité...

Bruna, de la Croix-Rouge argovienne, m’aide à mettre les différents éléments du simulateur de vieillesse. Il s’agit de restreindre la mobilité de mes articulations par des genouillères et des coudières ainsi que celle de mon bassin par une ceinture lombaire. Alors que mes mouvements sont déjà limités, j’enfile la combinaison lestée de poids et, enfin, la veste et les chaussures. Au moment de me chausser, je me réjouis de la présence de chaises sur le stand, car mes pieds m’apparaissent curieusement hors de portée. Apprendre à me déplacer prend aussi un peu de temps.

... puis les sens

Afin de reproduire les déficits sensoriels propres au grand âge, je mets des gants qui altèrent ma sensibilité tactile, un casque anti-bruit et une visière. Soudain, les voix qui résonnaient dans le hall me parviennent étouffées et ma vue est brouillée. Pour comprendre les instructions, je dois me concentrer. Heureusement, Bruna veille à me parler fort et à articuler. Le prochain défi consiste à boutonner la veste AgeMan. Avec une vision amoindrie et une dextérité altérée par les gants, ce n’est pas gagné d’avance.

Des visiteurs me posent des questions sur la combinaison. Ils soulignent l’importance de sensibiliser les jeunes aux contraintes de la vieillesse. Une retraitée ironise sur le temps qui me reste jusqu’à ce que mes limitations ne soient plus dues à la combinaison, mais à l’âge.

Le moment de vérité

Après un bref test de lecture et d’écriture, j’entreprends de monter les escaliers. Hors de question d’emprunter l’escalator: ma vision est trop amoindrie. Je sors du hall. Je m’habitue lentement à mon état d’engourdissement, mais ma vision et mon ouïe déficientes sont sources de gêne. Je dois bien me concentrer pour distinguer les marches grises. Heureusement, l’escalier est équipé d’une main courante.

De retour au stand, je me débarrasse avec bonheur de tout cet attirail. Les personnes qui m’entourent redeviennent audibles et je les vois de nouveau nettement. Cette immersion dans la réalité du grand âge est une expérience que je recommande à chacun! Je comprends désormais mieux les personnes âgées et serai encore plus patiente avec elles à l’avenir.