Service ambulatoire pour victimes de la torture et de la guerre

Aide pour les personnes traumatisées

Le Service ambulatoire pour victimes de la torture et de la guerre propose aux personnes traumatisées par l'extrême violence une vaste offre de thérapies – combinant travail social et différents traitements – dispensée par une équipe pluridisciplinaire.

CORONAVIRUS

En raison de leurs troubles post-traumatiques, les réfugiés traumatisés restent particulièrement touchés par la pandémie de coronavirus. L’insécurité générale ravive chez eux des peurs passées. L’auto-isolement leur rappelle les moments vécus durant la guerre ou en captivité, et la barrière de la langue les empêche souvent de s’informer correctement. De plus, ils sont nombreux à être atteints d’autres pathologies, ce qui les place dans les groupes à risque. C’est pourquoi, depuis le début de la pandémie, ces personnes ont particulièrement besoin d’aide. 

Le Service ambulatoire CRS pour victimes de la torture et de la guerre reste à leurs côtés en ces temps difficiles et les accompagne en leur fournissant un service de conseil par téléphone et en ligne lorsque les séances de thérapie ne peuvent être maintenues.

Selon une étude, un réfugié reconnu sur quatre admis en Suisse souffre au quotidien des séquelles d’une violence systématique. Les manifestations en sont nombreuses et diverses: troubles de stress post-traumatiques (TSPT), dépression, douleurs physiques, crises d'anxiété et de panique, troubles de la concentration, troubles du sommeil, isolement social, etc.

Le Service ambulatoire pour victimes de la torture et de la guerre propose à ces personnes un soutien sous forme d’une thérapie combinant travail social et différentes méthodes de traitement. L’équipe est composée de médecins spécialisés et de psychologues. Les membres de la famille sont intégrés au processus thérapeutique.

La CRS conseille en outre les professionnels du secteur médico-social sur les questions ayant trait aux traumatismes subis par les réfugiés.