Bangladesh

La présidente de la CRS visite des camps de réfugiés

Annemarie Huber-Hotz sera au Bangladesh du 8 au 13 juillet. Par cette visite, elle souhaite soutenir l’action de la CRS et de ses délégués sur le terrain.

Annemarie Huber-Hotz, présidente de la Croix-Rouge suisse (CRS) se rendra surtout dans le sud du pays. C’est là que, depuis septembre dernier, des centaines de milliers de personnes se sont réfugiées pour échapper aux violences dont elles étaient victimes dans l’Etat de Rakhine, dans l’ouest du Myanmar. Dans les camps, la situation est extrêmement difficile. De nombreuses personnes sont traumatisées, on manque largement d’infrastructures, les conditions sanitaires et d’hygiène sont précaires. Et la mousson ne fait qu’empirer les choses.

Au Bangladesh, Annemarie Huber-Hotz rencontrera les délégués de la CRS ainsi que des représentants des autorités, du Croissant-Rouge bangladais et du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Il lui tient particulièrement à cœur de parler directement aux habitants des camps.

«Le Bangladesh est un pays important pour la CRS; nous nous y engageons depuis plusieurs décennies. La crise découlant de l’arrivée de ces réfugiés du Myanmar me touche beaucoup personnellement, a confié Annemarie Huber-Hotz avant le départ. Avec ce voyage, je souhaite me faire une idée de la situation et soutenir l’action de la CRS et de nos partenaires.»

La CRS intervient dans les camps du sud du pays depuis le début de la crise, en septembre dernier. Elle a dépêché sur place un grand nombre de spécialistes de l’aide d’urgence dans les domaines de la santé et de l’hygiène. Elle a en outre mis en œuvre des projets d’accès à l’eau et à l’hygiène, y compris en faveur de la population locale, et a construit avec les autorités sanitaires des centres assurant des soins médicaux de base. Dans le cadre de son engagement à long terme, la CRS mène depuis bientôt 40 ans des programmes de coopération au développement au Bangladesh.