Atlas suisse de l’intérêt général

Forte contribution de la CRS au bien commun

La Croix-Rouge suisse se classe au troisième rang du nouvel Atlas suisse de l’intérêt général. Etabli à l’Université de Saint-Gall, celui-ci fait état de la contribution d’organisations et d’entreprises au bien commun en Suisse telle qu’elle est perçue par la population.

Dans quelle mesure une organisation remplit-elle sa mission? Quel est son apport à la cohésion et à la qualité de vie du pays? Son comportement est-il correct? Jugée à l’aune de ces quatre critères, la CRS se hisse à la troisième place, derrière la Reka et Migros et devant les CFF et la Suva. Voilà ce qui ressort de l’Atlas suisse de l’intérêt général du Center for Leadership and Values in Society de la Haute Ecole de Saint-Gall. L’enquête a porté sur 62 organisations et entreprises, évaluées par quelque 4800 habitants de Suisse alémanique.

Sur une échelle de 1 à 6, la CRS a obtenu un score de 5,14 pour l’ensemble de sa contribution à l’intérêt général. L’appréciation de l’accomplissement de sa mission et de son comportement éthique est encore plus positive. Résultat d’autant plus réjouissant qu’il est fondé sur le ressenti des personnes interrogées. Pas de quoi pavoiser pour autant: l’étude est limitée à la Suisse alémanique et d’autres œuvres d’entraide importantes n’y ont pas été prises en compte.