Séisme au Népal

Des maçons et des menuisiers pour la reconstruction

Six mois après le séisme dévastateur du 26 avril 2015, la Croix-Rouge suisse (CRS) a formé des centaines d’ouvriers aux techniques de reconstruction. Elle a concentré ses efforts sur la région de Dolakha, particulièrement touchée par la réplique du 12 mai.

Dans un premier temps, 500 maisons verront le jour avec le soutien de la CRS dans le district de Dolakha, à six heures de voiture de Katmandou. Les ouvriers affectés aux travaux ont suivi ces dernières semaines des formations organisées par la CRS en collaboration avec les autorités. Ils ont pu s’exercer à la construction de maisons types en utilisant des matériaux traditionnels. Objectif: réaliser des habitations suffisamment solides pour résister à un nouveau séisme. Les travaux ont été entravés par des difficultés logistiques et la pénurie d’essence, mais le projet n’en avance par moins comme prévu.  D’ici la fin de la mousson, 540 menuisiers et maçons auront été formés et feront bénéficier différents villages de la région de leur savoir-faire nouvellement acquis. 

Des maisons pour les plus pauvres

Certains des ouvriers formés participeront au programme de reconstruction mené par la CRS en collaboration avec la Croix-Rouge népalaise. Les travaux commenceront au cours des prochaines semaines. Actuellement, on sélectionne les ménages qui auront droit à une nouvelle maison. Priorité est donnée aux familles nombreuses, aux mères élevant seules leurs enfants ainsi qu’aux personnes particulièrement démunies. Les bénéficiaires assumeront eux-mêmes la responsabilité des travaux; quant à la CRS, elle leur versera des contributions financières et assurera un soutien technique. Cependant, ils décideront eux-mêmes de solliciter ou non l’aide d’ouvriers qualifiés pour certains travaux. Au terme de chaque étape de construction, et avant le paiement de la tranche suivante, le chantier sera inspecté par la Croix-Rouge. Cette façon de procéder a fait ses preuves dans le cadre du programme de reconstruction de la CRS aux Philippines après le passage du typhon Haiyan.

Les communautés népalaises apprennent l’art de la construction antisismique.

© IFRC

Aide d’urgence: l’effort massif de la CRS

Le séisme du 25 avril et la forte réplique du 12 mai ont coûté la vie à près de 9000 personnes et détruit, entièrement ou partiellement, plus de 200 000 habitations. Dans les semaines et les mois qui ont suivi la catastrophe, la CRS a dépêché plusieurs équipes logistiques au Népal. Elles y étaient chargées de réceptionner les livraisons de biens de secours provenant du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, d’organiser le transport des marchandises vers les régions reculées et de les conditionner en vue de leur distribution. Leur action a permis de remettre un demi-million de bâches et plus de 7000 kits de réparation à des familles qui avaient perdu leur maison lors du séisme. En outre, la CRS a envoyé sur place des professionnels de la santé qui ont été affectés à des hôpitaux de campagne de la Croix-Rouge. Entre la fin avril et le mois d’août, ce sont ainsi 20 spécialistes de la CRS qui se sont rendus dans la région sinistrée.