Népal

34 naissances en moins d’un mois

Marlies Vincenz, sage-femme de la CRS, s’est rendue dans une région frappée par le séisme au Népal. Dans l’hôpital de campagne où elle a exercé, 34 bébés sont nés en bonne santé en moins d’un mois. Elle tire un bilan positif de cette expérience.

«Les femmes sont incroyablement fortes, constate Marlies Vincenz. A peine l’accouchement terminé, elles se lèvent et rentrent chez elles.» L’une d’entre elles cependant est presque morte dans ses bras. La jeune femme s’était rendue à l’hôpital de campagne parce qu’elle saignait abondamment: elle ne s’était pas rendu compte qu’elle avait fait une fausse couche. En Suisse, on l’aurait transfusée. Mais dans les montagnes de Chautara, ce n’était pas possible. Par chance, son état s’est amélioré une fois qu’elle a été mise sous perfusion.

Membre depuis de longues années du pool d’aide d’urgence de la Croix-Rouge suisse (CRS), Marlies Vincenz est déjà intervenue au Cameroun, en Haïti et au Pakistan. Au Népal, elle est venue prêter main-forte à l’équipe de la Croix-Rouge norvégienne, qui gère un hôpital de campagne à Chautara. L’hôpital local, fortement endommagé, n’étant plus en état de fonctionner, il était devenu nécessaire d’en aménager un pour garantir l’accès aux soins. Lorsque la sage-femme grisonne est arrivée sur place, deux mois après la catastrophe dévastatrice d’avril, seuls quelques patients étaient hospitalisés pour des blessures directement liées au tremblement de terre.  

Un début difficile dans la vie

Du fait de la catastrophe, de nombreuses familles craignent que leur bébé naisse sous une mauvaise étoile, ce qui a compliqué le travail de l’équipe: «Cela a parfois rendu les accouchements plus difficiles. Les femmes étaient inquiètes.» Sans oublier les conditions de vie extrêmement précaires: «Beaucoup m’ont raconté qu’elles vivaient dans une tente, parce que le séisme avait détruit leur maison», rapporte Marlies Vincenz. C’est pourquoi les jeunes mamans étaient infiniment reconnaissantes que la Croix-Rouge leur remette des couches, une serviette, du savon et des vêtements pour bébés. Marlies Vincenz tire un bilan satisfaisant de son intervention: «34 enfants en trois semaines et demie, c’est positif.»

Des cliniques Croix-Rouge remplacent les hôpitaux détruits

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) gère actuellement au Népal six hôpitaux de campagne et douze cliniques mobiles. Elle permet ainsi à la population de continuer à avoir accès aux soins médicaux malgré le séisme d’avril et les répliques de mai, qui ont anéanti de nombreuses infrastructures médicales. La CRS met des médecins, des sages-femmes et du personnel soignant à la disposition de ces cliniques.