Liban

Aide alimentaire pour les réfugiés syriens

Quatre ans après le début du conflit syrien, la situation des réfugiés se dégrade de jour en jour. Au Liban, la CRS accroît son aide d’urgence: jusqu’à la fin de l’année, 1000 familles recevront chaque mois des colis alimentaires.

Plus de 1,2 million de Syriens ont trouvé refuge au Liban. Cet afflux massif de personnes en détresse constitue une lourde charge pour ce petit pays, qui ne compte que 4,2 millions d’habitants. Bon nombre de réfugiés vivent dans des camps improvisés ou dans des logements privés. La moitié d’entre eux ont moins de 18 ans. Après quatre ans de guerre, leur situation ne cesse d’empirer: ils ont dépensé depuis longtemps leurs maigres économies et sont confrontés à une absence totale de perspectives. Pour ne rien arranger, les prix des denrées alimentaires ont fortement augmenté à la suite d’un hiver rigoureux et d’une mauvaise récolte.

Pour les réfugiés et les familles hôtes

La société libanaise est elle aussi soumise à une forte pression. Dans ce pays qui se relève d’une longue guerre civile et qui, depuis des années, accueille sur son sol des centaines de milliers de réfugiés palestiniens, 1,5 million de citoyens sont tributaires d’une assistance.  D’avril à décembre 2015, la Croix-Rouge suisse (CRS) fournit chaque mois des colis alimentaires à 1000 familles particulièrement vulnérables. Une aide qui bénéficie à des réfugiés syriens (80%) et à des familles hôtes libanaises (20%) dans les régions frontalières du nord du pays et dans la banlieue de Beyrouth.

Formation d’équipes d’intervention d’urgence

Pour assurer une distribution efficiente des biens de secours, et à la demande de la Croix-Rouge libanaise, la CRS soutient depuis 2013 sa Société sœur dans la mise en place de structures logistiques. Aujourd’hui, celle-ci dispose de huit dépôts de matériel répartis dans tout le pays, gérés par une équipe d’intervention d’urgence bien rodée. Aline Iosca, logisticienne CRS, a accompagné la mise sur pied de cette unité dans le cadre de missions temporaires. Elle se dit impressionnée par les progrès accomplis en l’espace de deux ans seulement: «Les bénévoles Croix-Rouge sont hautement motivés. Aujourd’hui, ils sont en mesure d’assurer d’importantes distributions de biens de secours de manière efficace et à moindres frais.»    

Renforcement du service ambulancier

L’afflux massif de réfugiés entraîne également un important surcroît de travail pour les services ambulanciers de la Croix-Rouge libanaise, chargés de transporter blessés et malades de la frontière vers les hôpitaux les plus proches. Depuis trois ans déjà, la CRS soutient cette prestation essentielle, qu’elle contribue aujourd’hui à développer: deux postes médicaux d’urgence situés dans une zone de grande fréquentation bénéficient d’une aide financière pour renforcer le personnel de garde.