Aide d'urgence

Aide d’urgence en cas de catastrophe

Chaque année, conflits armés, inondations, séismes et famines privent des centaines de milliers de personnes de leurs moyens d’existence. Pour elles, l’aide en cas de catastrophe de la Croix-Rouge est souvent une question de vie ou de mort.

La CRS fournit chaque année une aide d’urgence humanitaire dans une vingtaine de pays. Les collaborateurs Croix-Rouge dégagent les victimes de séismes, distribuent vivres et eau potable et apportent les premiers secours. Couvertures, tentes, lampes et ustensiles de cuisine permettent d’assurer la survie des sans-abri et de leur offrir une protection contre le vent et le froid. La CRS livre en outre des médicaments, du matériel de pansement et des instruments chirurgicaux aux hôpitaux et dispensaires.

Envoi ciblé de spécialistes

Les catastrophes naturelles requièrent l’intervention rapide de spécialistes. Dans toute la mesure du possible, la CRS a recours à des experts locaux. Mais l’aide d’urgence passe aussi par la possibilité de faire appel à des logisticiens expérimentés ainsi qu’à un personnel médical spécialisé. La CRS a pour cela constitué des équipes d’intervention d’urgence pouvant être mobilisées à tout instant.

D’un commun accord avec les autres Sociétés de la Croix-Rouge, la CRS envoie en outre des biens de secours dans les régions sinistrées. Elle dispose dans son entrepôt de Wabern, à Berne, de tentes et de biens de première nécessité susceptibles de couvrir les besoins de quelque 200 familles. Pour pouvoir être plus réactive encore, elle s’est également dotée de dépôts régionaux au Panama, en Malaisie et au Ghana.

Un réseau mondial

Pour distribuer son aide, la CRS peut s’appuyer sur le réseau du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Dans les régions en guerre, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est la plupart du temps déjà sur place. En cas de catastrophe naturelle, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge coordonne la distribution de l’aide en collaboration avec la Société nationale concernée et ses bénévoles.

Cependant, il ne suffit pas de sauver des vies. Il importe tout autant de collaborer avec les personnes sur place et de créer les conditions nécessaires à la prévention de catastrophes futures. L’aide d’urgence doit elle aussi reposer sur les structures locales et contribuer à renforcer l’entraide au sein de la population.