Millenniums-Entwicklungsziele der UNO

7 juillet 2007 : à mi-chemin des objectifs du Millénaire

Le 7 juillet 2007 marque la mi-temps dans la mise en œuvre des objectifs du Millénaire, qui visent à réduire de moitié l'extrême pauvreté et la faim dans le monde d’ici 2015. La diminution de la mortalité materno-infantile, la prévention du VIH et du sida, ainsi que de la tuberculose et du paludisme sont les axes prioritaire de l’action menée par la Croix-Rouge suisse (CRS).

Les femmes qui meurent pendant leur grossesse ou leur accouchement sont encore nombreuses et trop de sidéens connaissent une existence douloureuse faute d’accès aux médicaments adaptés. Dans plusieurs pays d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie et d’Europe de l’Est, la CRS soutient les efforts déployés pour améliorer les soins de santé.

Priorité aux mères et à leurs enfants

Les soins centrés sur la mère et l’enfant figurent au centre du travail mené par la CRS à l’étranger et dont les axes prioritaires sont : les contrôles de grossesse, les consultations pédiatriques, les soins obstétriques, les campagnes de vaccination et la prévention du cancer. L’accès à l’eau potable et les notions de base de l’hygiène sont également essentiels à une bonne santé.

La CRS lutte contre le VIH et le sida …

La prévention du VIH/sida et le traitement des malades font également partie des priorités de la CRS. Le programme de thérapie qu’elle met en œuvre au Swaziland permet à des sidéens d’avoir accès à des médicaments, un traitement et des conseils, et offre ainsi pour la première fois un espoir de survie aux malades vivant dans les régions rurales.

… ainsi que le paludisme et la tuberculose

La Croix-Rouge s’engage aussi pour la prévention du paludisme et de la tuberculose. Depuis plusieurs années, la CRS lutte contre le paludisme au Togo, dans l’ouest de l’Afrique. Les femmes enceintes reçoivent des traitements prophylactiques et des bénévoles Croix-Rouge détruisent les larves de moustiques à proximité des villages et distribuent des moustiquaires. Dans les villages des basses terres équatoriennes, un réseau de volontaires se charge d’assurer un traitement pour les tuberculeux. Ils informent la population des formes, symptômes et conséquences de la maladie. Et puisqu’une alimentation saine joue un rôle particulièrement important dans le traitement de la tuberculose, la CRS conseille et soutient les familles dans l’aménagement de leur jardin familial et l’élevage de poissons ou de volaille.