Dossier thématique

Menace de pénurie de personnel dans la santé

Qui nous soignera? La CRS s'engage sur plusieurs fronts face au risque d'une pénurie de personnel soignant. Dans ce dossiers thématique sont réunis faits et prises de positions sur ce sujet d'actualité.

Marie-Pierre Studer Lachat, responsable du service Formation de la CRS, estime que la situation est «délicat, voire problématique», surtout dans certaines régions et institutions, par exemple dans les soins de longue durée. Face à ce phénomène préoccupant, la contribution de la CRS est précieuse.

Depuis 1949, la CRS assure la reconnaissance des titres étrangers sanctionnant des formations à des professions non universitaires de la santé. En 2012, il y en a eu 2754. La reconnaissance permet aux migrants d’avoir accès au marché suisse de l’emploi, de prétendre à des rémunérations conformes à leur formation et d’intégrer des filières et des formations continues suisses. Depuis plus de 50 ans, la CRS forme elle-même du personnel d’assistance en soins. Chaque année, 4000 personnes décrochent un certificat d’auxiliaire de santé CRS, dont on dénombre 100 000 titulaires à ce jour. Le bénévolat constitue un autre angle d’approche de la CRS. Son action est relayée par plus de 70 000 personnes non rémunérées, qu’elle forme et qui aident les bénéficiaires à vivre en autonomie à leur domicile.

La CRS se doit d’agir sur tous les fronts:

  • renforcement de la desserte en soins et limitation des départs à l’étranger dans les pays d’origine
  • affectation optimale du personnel migrant en Suisse
  • recours aux compétences pratiques d’auxiliaires de santé CRS
  • déploiement d’offres de soutien pour les personnes dépendantes vivant à domicile

Tous les acteurs doivent tirer à la même corde si nous voulons continuer à bénéficier d’une couverture en soins de grande qualité sans pour autant pénaliser des pays moins prospères.