Aide à domicile en Arménie

«Vous êtes mes anges gardiens»

En raison de la situation économique précaire en Arménie, toutes les franges de la population sont touchées par la pauvreté – notamment les personnes âgées. La Croix-Rouge arménienne, soutenue par la CRS, leur vient en aide.

Un ciel bleu azur, un soleil éclatant, des rues tranquilles, tout semble paisible à Gumri, au nord de l’Arménie. Pourtant, la deuxième ville du pays, avec ses 146 000 habitants, a bien failli ne jamais se relever après le terrible tremblement de terre de 1988.
Si la capitale, Erevan, et son million de citoyens bénéficient d’infrastructures et de commodités qui n’ont rien à envier aux métropoles européennes, ce n’est pas le cas de dizaines de villes, dont Gumri, où certaines personnes vivent encore dans des hébergements provisoires. Seuls et isolés, les seniors dont les proches ont émigré vivent dans des conditions particulièrement précaires.

Un appel salvateur

Lorsque nous arrivons chez elle, Ofik Ghazaryan, 77 ans, nous accueille avec un large sourire et des chocolats. Elle insiste pour que nous nous servions. Une générosité qui va droit au cœur sachant qu’elle a tout juste de quoi vivre et qu’elle a failli succomber à une pneumonie. Si sa voisine n’avait pas appelé la Croix-Rouge, elle ne serait sans doute plus de ce monde. Ofik Ghazaryan n’a ni enfant ni famille et vit seule dans des conditions d’hygiène douteuses depuis trente ans dans une baraque qui ne devait être que provisoire. Aujourd’hui, Ofik Ghazaryan va mieux. La Croix-Rouge se rend à son domicile tous les jours pour l’aider.

La disparition du lien social

L’Arménie ne connaît pas les maisons de retraite, et les rentes de vieillesse sont bien maigres, voire inexistantes. Comme d’Ofik Ghazaryan, Tosya Hartuyienyan, 77 ans, vit dans une maison délabrée, et ce, depuis 53 ans. Cette veuve, qui a des enfants à l’étranger, n’a que quelques chats pour lui tenir compagnie. Et la Croix-Rouge. Une personne de l’organisation se rend en effet chez elle pour l’aider à faire le ménage et les repas et une bénévole vient trois fois par semaine pour lui tenir compagnie. «Je me réjouis toujours beaucoup quand elle vient me faire la lecture», nous confie-t-elle. Un contact humain bienvenu pour cette femme qui aimait autrefois aller à l’église. Aujourd’hui, elle a du mal à se déplacer et ne peut plus le faire. Privée de ce réseau social, elle se sent isolée. «Vous êtes mes anges gardiens», nous glisse-t-elle encore avant notre départ.

Une aide cruciale

«Vous êtes mes anges gardiens», une phrase qu’aurait sans doute pu prononcer Karine Khachatzyan, 58 ans, si elle avait pu s’exprimer. Lourdement handicapée, elle vit avec sa mère de 80 ans, dont elle est dépendante. Depuis quelques semaines cependant l’octogénaire est hospitalisée. Sans le soutien de l’infirmière de la Croix-Rouge qui vient deux fois deux heures par jour lui prodiguer des soins et sans aide-ménagère Karine Khachatzyan ne pourrait tout simplement pas survivre. Elle sert l’infirmière fort dans ses bras, le sourire jusqu’aux oreilles. Pas besoin de mots, la force du lien est évidente. Des soins quotidiens, une chaleur humaine authentique et généreuse, voilà ce que la Croix-Rouge apporte à ces personnes isolées pour que le soleil continue de briller dans leur vie.
 

TROIS QUESTIONS

Gabriela Zipper
Gabriela Zipper est la responsable des programmes pour l’Arménie, le Laos et le Vietnam. Elle dispose d’un master en sciences sociales internationales et a beaucoup d’expérience dans le domaine de la santé.

En quoi consiste l’aide de la CRS en Arménie?

Depuis trois ans, la CRS soutient la Croix-Rouge locale en l’aidant à mettre sur pied des projets d’aide aux personnes âgées. De par sa longue expérience, elle dispose de compétences pointues dans le domaine, contrairement à la Croix-Rouge arménienne pour qui cette activité est nouvelle. Cette collaboration lui permet donc d’étoffer son offre pour les seniors et les plus démunis, de créer des emplois et d’être davantage reconnue.

Quelle est la particularité de ces projets?

Le programme Homebased Care propose des soins à domicile, un soutien pour le ménage et des visites de bénévoles. Cette offre combinée est unique en Arménie; les soins seuls sont aussi proposés par d’autres programmes. Le but est d’encourager le vieillissement actif et de sortir ainsi les personnes âgées de l’isolement afin qu’elles puissent conserver ou retrouver, autant que possible, leur santé psychique et physique.

Que fait encore la CRS pour lutter contre la pauvreté?

La CRS épaule la Croix-Rouge arménienne dans la distribution de repas chauds aux plus vulnérables trois fois par semaine. Le soutien financier apporté par la CRS est complété par des partenariats avec des commerces ou des particuliers qui offrent des denrées alimentaires. En outre, des dons en ligne collectés dans le cadre de l’action 2 x Noël permettent d’organiser des soupes populaires, qui sont ouvertes à toutes celles et ceux touchés par la pauvreté, notamment aux familles monoparentales. Là encore, le but est de promouvoir les contacts sociaux et de préserver ces personnes de la solitude. Une vraie dynamique est apparue, les gens se rencontrent et organisent désormais des fêtes ensemble.