Journée mondiale des réfugiés 2018

Pour un traitement digne et une intégration réussie

Un appel d'Annemarie Huber-Hotz, présidente de la Croix-Rouge suisse et Elhadj As Sy, secrétaire général de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Jour après jour, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés égrène le nombre des personnes mortes noyées en mer en tentant de rejoindre les côtes européennes. En de rares occasions, quelques images réveillent nos consciences, mais le plus souvent, ces vies humaines s’éteignent dans l’indifférence.

Dans tous les pays du monde, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge agit auprès des plus vulnérables: victimes de catastrophes naturelles, blessés de guerre, enfants handicapés, personnes âgées dépendantes ou encore familles en détresse financière.

Les personnes contraintes à l’exil se trouvent en situation d’extrême fragilité. Indépendamment des raisons qui les ont poussées à fuir, elles vivent loin de leur famille, fatiguées, inquiètes. Ici, elles ne sont pas attendues, elles sont exclues.

Il appartient aux Etats de définir leur politique envers les réfugiés et les migrants les plus à risque en fonction de leurs capacités matérielles et sociales d’accueil et d’intégration. Cela doit se faire dans le respect du droit international et de la législation du pays d’accueil, qui protègent la dignité et les droits de tout individu.

Un traitement digne pour chaque être humain

Nous avons le devoir d’assurer un traitement digne à chaque être humain, quelle que soit sa situa-tion. Cela doit notamment se traduire par l’accès effectif à la procédure d’asile, à une prise en charge de base et à une offre d’hébergement appropriée ainsi que par le respect du principe de non-refoulement et du droit à l’unité familiale. Il convient en outre de s’assurer que la rétention des migrants demeure une mesure de dernier ressort – et que les Etats renoncent à la rétention d’enfants pour des motifs liés à la migration.

A un traitement humain et à une décision administrative juste doit succéder un parcours d’intégration efficace. Ce dernier repose sur un bon équilibre entre droits et devoirs. Le droit de se former, de travailler, de se loger dignement, de bénéficier de prestations médicosociales; le devoir d’apprendre la langue du pays hôte, de se conformer à ses lois et à ses mœurs. Une intégration couronnée de succès passe par la mobilisation de la société tout entière.

Un phénomène mondial

La migration est un phénomène durable et mondial, et non une crise temporaire et européenne. Si l’Europe a un rôle central à jouer dans la coordination des politiques migratoires, c’est à l’échelle de la planète que nous devons faire preuve de créativité sociale et œuvrer sans relâche au respect de la dignité humaine et du droit international.

En cette Journée mondiale des réfugiés, nous en appelons à une politique migratoire durable et responsable.

Annemarie Huber-Hotz, présidente de la Croix-Rouge suisse    
Elhadj As Sy, secrétaire général de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge