16. Février 2021

Aide Croix-Rouge en Bosnie-Herzégovine

Le dénuement extrême des réfugiés

Des milliers de réfugiés sont aujourd’hui bloqués en Bosnie-Herzégovine. Ils vivent pour la plupart dans une précarité absolue, dans des tentes ou d’autres abris – maisons ou usines abandonnées – inadaptés aux rigueurs de l’hiver. La Croix-Rouge est là pour leur apporter une aide d’urgence.

L’ONU estime à 8000 le nombre de personnes contraintes à l’exil actuellement bloquées en Bosnie-Herzégovine. Près de 2000 d’entre elles ne disposent pas même d’un toit sous lequel s’abriter, beaucoup vivant dans des bâtiments à l’abandon ou sous des tentes, sans aucun moyen de se nourrir ou de se chauffer, sans accès à l’eau ni à des installations sanitaires ou à l’électricité. Pour la majeure partie, ces réfugiés viennent du Pakistan, d’Afghanistan ou d’Irak. Il s’agit dans neuf cas sur dix d’hommes seuls, les 10% restants étant composés de familles et de mineurs non accompagnés. Tous ou presque ont derrière eux une fuite longue et éprouvante. Arrivés en Bosnie-Herzégovine par la Serbie ou le Monténégro, ils prennent généralement la direction du nord-ouest, dans l’idée de gagner la Croatie et donc l’Union européenne. Mais les 900 km de la frontière font l’objet d’une impitoyable surveillance. Ceux qui essaient de traverser sont arrêtés et refoulés, femmes et enfants compris. Malgré tout, faute d’autres perspectives, les réfugiés tentent leur chance encore et encore.

Une situation inhumaine

C’est ici également, tout près de la frontière avec la Croatie, que se trouve le camp de réfugiés de Lipa. Le 23 décembre dernier, il a été détruit par un incendie. A deux jours de Noël, au cœur de l’hiver, pas moins de 1350 personnes se sont ainsi retrouvées sans abri. Depuis, seule une petite partie d’entre elles ont été relogées dans un hébergement digne de ce nom, ne serait-ce qu’une tente isolant suffisamment du froid. Les autres sont dans une situation désespérée. Human Rights Watch a d’ailleurs récemment alerté sur les conditions de vie inhumaines des migrantes et des migrants de Bosnie-Herzégovine.

Des équipes mobiles en première ligne

La Croix-Rouge de Bosnie-Herzégovine tend la main à ces personnes en détresse, tant dans les camps qu’ailleurs le long de la frontière, en leur distribuant des biens de premiers secours et en les aidant à rétablir le contact avec leurs familles. La Croix-Rouge suisse (CRS) travaille en étroite collaboration avec sa Société sœur. Elle finance quatre des onze équipes mobiles de la Croix-Rouge qui, tout au long de l’année, sillonnent inlassablement cette vaste région. Elle assure également la fourniture d’équipements de protection contre le Covid-19 ainsi que de biens de secours. Enfin, elle a permis à ce jour que 25 000 personnes bénéficient de consultations psychosociales. En un an, les équipes mobiles de la Croix-Rouge ont distribué aux migrants près de 50 000 colis alimentaires ainsi que des couvertures, des vêtements, des sacs de couchage et 18 000 kits d’hygiène. Elles prodiguent également les premiers soins aux nombreux réfugiés dont l’état de santé s’avère précaire. Par ailleurs, elles sensibilisent chacune et chacun au danger des quelque 80 000 mines antipersonnel et munitions non explosées dont le pays reste infesté depuis la fin de la guerre.

Secours d’hiver aux familles bosniennes

Dans le cadre de son engagement de long terme dans le pays, la CRS soutient aussi la population locale. Un Bosnien sur six est en effet touché par la pauvreté, et la précarité est omniprésente. Pour les aider à passer la saison froide, la CRS distribue des vivres, du combustible et des allocations en espèces aux personnes seules et aux familles les plus vulnérables. Financé par l’opération 2 x Noël, ce secours d’hiver a bénéficié des bons résultats de la dernière action et se voit doté cette année de 30 000 CHF de plus que prévu, soit un budget de 100 000 CHF.