16. Septembre 2020

Thomas Gurtner, chef de la Coopération internationale CRS

«Le coronavirus frappe de plein fouet les plus vulnérables»

Thomas Gurtner dirige depuis février la Coopération internationale de la CRS. Dans cette interview, il met en garde contre l’impact de la pandémie dans les pays en développement et parle d’une immense tragédie pour des millions de personnes. La crise a toutefois mis en évidence la force du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et prouvé que la CRS et ses partenaires locaux sont capables d’accomplir de très grandes choses en un minimum de temps.

Entretien: Tanja Reusser et Katharina Schindler

Le nombre de personnes en détresse augmente en Suisse aussi. Pourquoi devons-nous malgré tout continuer de soutenir les pays moins développés? 

Il va de soi qu’en tant que Société nationale de la Croix-Rouge, la CRS se doit d’abord de s’occuper des plus vulnérables sur son propre territoire. Avec nos 24 associations cantonales, nous sommes là pour répondre aux besoins de la population partout en Suisse. Mais nous ne pouvons pas fermer les yeux sur le fait qu’à cause du coronavirus, 1,6 milliard de personnes ont perdu leurs moyens de subsistance et se retrouvent pour beaucoup dans des situations désespérées*.

«Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur le fait que 1,6 milliard de personnes ont perdu leurs moyens de subsistance.»

C’est une tragédie immense, source de tensions sociales et potentiellement d’instabilité et de conflits. La Suisse est elle aussi concernée. Nous sommes un pays riche, et à ce titre, nous sommes tenus de nous montrer solidaires au niveau international également.

Le coronavirus a entraîné des situations d’urgence simultanément dans la quasi-totalité des 30 pays d’intervention de la CRS. Comment a-t-elle réagi?

Nous collaborons depuis des années avec les Sociétés nationales Croix-Rouge de nos pays d’intervention ainsi qu’avec d’autres organisations partenaires. Toutes étaient prêtes à relever ce nouveau défi et à aider leur population. La plupart du temps, elles ont mené des campagnes de prévention, sur la base des projets d’accès à l’eau et de sensibilisation à l’hygiène. Nous leur avons fourni des moyens qu’elles ont affectés, en concertation avec nous, au mieux des intérêts des populations dans le besoin. Ces expériences ont été très positives. Dans beaucoup de pays, la Croix-Rouge s’est avérée l’organisation civile la plus efficace dans la gestion de la crise.

Quelles ont été les réactions dans les pays soutenus?

Ils nous ont remerciés de ne pas les avoir laissés tomber. Avec 14 millions de bénévoles, la Croix-Rouge est la plus grande famille du monde. Et quand un membre de la famille est en difficulté, on l’aide. C’est ce que nous avons fait, pas seulement dans les pays où nous intervenons depuis longtemps: nous avons aussi été solidaires de la Croix-Rouge italienne, à laquelle nous avons livré un volume important de masques.

A long terme, que signifie la pandémie pour la coopération au développement?

Les répercussions sociales seront colossales. Dans les pays pauvres, une majorité d’habitants vivent au jour le jour. Leurs emplois ne leur donnent droit à aucune protection sociale, et ils se retrouvent aujourd’hui sans rien. Les avancées réalisées ces dernières décennies au bénéfice des plus démunis sont compromises. Notamment dans le domaine de la santé.

«Les avancées réalisées au bénéfice des plus démunis sont compromises par la pandémie.»

Le coronavirus mobilise énormément de ressources, qui dès lors ne sont plus disponibles ailleurs. Des campagnes de vaccination et de prévention ont ainsi été suspendues à cause du confinement. Résultat, au-delà du Covid-19, les populations sont aussi confrontées à une recrudescence du paludisme et de la rougeole. Une fois de plus, les plus touchés sont les plus vulnérables. C’est pour eux que la Croix-Rouge se bat. Nous nous engageons pour que les plus démunis ne soient pas oubliés.

* source: Organisation internationale du Travail

Thomas Gurtner

A 63 ans, après 30 années dans différentes fonctions au sein du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et à l’ONU, il dirige la Coopération internationale de la CRS.

Les offres dans votre région

Sélectionnez votre canton pour découvrir toutes les possibilités qu’offre la CRS.

Newsletter