Portail scolaire

L’aventure Croix-Rouge s’invite dans les écoles

Le nouveau portail scolaire de la CRS présente aux jeunes la notion d’humanité sous un angle concret. Des récits fictifs les sensibilisent à la question et éveillent en eux la volonté de s’engager pour un monde plus humain. Un établissement de Studen (BE) a testé la plateforme.

Le nouveau portail scolaire de la CRS présente aux jeunes la notion d’humanité sous un angle concret. Des récits fictifs les sensibilisent à la question et éveillent en eux la volonté de s’engager pour un monde plus humain. Un établissement de Studen (BE) a testé la plateforme. 
Les élèves ont l’embarras du choix: ils peuvent se familiariser avec les règles à respecter en temps de guerre, s’initier aux premiers soins, apprendre à gérer une situation délicate ou en-core sauter en parachute. Sans l’ombre d’une hésitation, Yannick, Leo et Dario, élèves de 8e année, optent pour cette dernière possibilité. Toutefois, il ne s’agit pas ici de s’élancer pour de vrai dans le vide – «Dans ce cas-là, j’y réfléchirais peut-être à deux fois», avoue l’un deux –, mais d’une expérience virtuelle proposée sur le portail scolaire «L’aventure Croix-Rouge», lancé officiellement ce jour-là.

Dans cet établissement de Studen (BE), 150 élèves et 20 professeurs découvrent l’action de la Croix-Rouge à travers des ateliers en classe et à l’extérieur. Avant de tenter le grand saut, Yannick, Leo et Dario doivent répondre à des questions sur les catastrophes naturelles et se concerter pour prendre les bonnes décisions. Lors de leur voyage virtuel au Honduras, ils plongent dans le quotidien des habitants, et découvrent au passage où se situent les princi-pales difficultés ainsi que les moyens mis en œuvre par la Croix-Rouge suisse (CRS) en ma-tière de prévention des catastrophes.

 «Des activités variées pour sensibiliser les jeunes.»

Puis vient le moment tant attendu du saut en parachute! Si au début Dario brûlait d’impatience de s’élancer de l’avion, le voilà à présent parti dans un débat animé avec ses camarades sur les conséquences de la déforestation et des brûlis sur la population au Honduras. «Cet effet, nous l’observons à maintes reprises lorsque nous travaillons avec le portail», confirment Bar-bara Möri et Sarah Deppeler. Ces deux enseignantes ont testé la plateforme en amont avec leurs classes pour le compte de la CRS. «Le site transporte les élèves dans un autre univers. Les activités variées éveillent leur curiosité et leur envie de découvrir le monde en toute liberté. Même les éléments habituellement difficiles à motiver se prennent au jeu», ajoute Barbara Möri. Les deux enseignantes considèrent le portail comme un outil de travail clair et acces-sible, qui informe autant qu’il responsabilise. «Pour ma part, j’ai beaucoup appris sur la Croix-Rouge», confie Sarah Deppeler. Enfin, la plateforme se prête à une approche pluridisciplinaire et répond en grande partie aux objectifs fixés dans les plans d’études en vigueur à l’échelle nationale, deux qualités appréciées des professeurs: «Les supports didactiques fournis nous laissent beaucoup de marge de manœuvre et constituent une mine précieuse d’idées», estime Barbara Möri. 

La CRS entend sensibiliser les jeunes aux enjeux humanitaires et les inciter à s’engager en faveur d’un monde plus humain. Ses offres destinées aux écoles contribuent à ancrer encore davantage les valeurs humanitaires au sein de notre société. C’est pour cette raison que le droit international humanitaire, la prévention des conflits, le sauvetage et la coopération inter-nationale y sont largement abordés. Le portail en ligne de la CRS est gratuit et ouvert à tous.

Lara et Julia, toutes deux élèves en 8e année, ont opté pour le parcours «Sauver des vies». «Moi aussi, je pourrais me retrouver dans ce genre de situation. Jamais jusqu’ici je ne me se-rais risquée à intervenir, de peur de faire quelque chose de travers», explique Lara. Mais une fois le parcours et les questionnaires du portail terminés, son discours a changé du tout au tout: «A présent, je sais comment réagir. Je trouve ça rassurant.»

 «Jusqu’ici, je ne me serais pas risquée à intervenir. A présent, je sais comment réagir.»

Durant la récréation, les élèves peuvent se rendre dans le camion CRS installé dans la cour. Celui-ci fera étape à différents endroits en Suisse. Entre deux éclats de rire, Dario s’essaie à un jeu de réactivité en lien avec le don de sang. Lorsqu’il m’aperçoit, il me lance: «Au fait, j’ai compris pourquoi il y a tant de glissements de terrain au Honduras. Il faut faire quelque chose pour que ça s’arrête!» Puis, il retourne à son jeu, très concentré, se réjouissant en secret quand il bat l’un de ses camarades.