Aide aux réfugiés syriens

Un médecin de la CRS en mission en Grèce

Cette année, plus de 500 000 personnes ont déjà fui vers l’Europe en empruntant la dangereuse route méditerranéenne. La Croix-Rouge suisse (CRS) apporte son soutien à ces personnes, notamment en Grèce, où jusqu’à 6000 réfugiés arrivent chaque jour. Isabelle Güss, médecin de la CRS, était sur place.

«Sur l’île de Lesbos, j’ai vu arriver un flux continu de bateaux de réfugiés. De nombreuses familles avec enfants dorment sur le bord des routes ou sous les arbres. Partout, même à Athènes, la capitale.» Isabelle Güss est bouleversée par ce qu’elle a vécu pendant sa mission. Médecin expérimenté, elle a soutenu pendant un mois la Croix-Rouge grecque dans son travail d’aide médicale aux réfugiés.

«Souvent, les familles de réfugiés n'ont aucune idée d’où elles sont et ne savent pas à qui s’adresser.»

Beaucoup sont affaiblis par leur long et éprouvant voyage vers l’inconnu. Après leur arrivée en Grèce, ils sont pris en charge par des bénévoles de la Croix-Rouge locale. Ceux-ci prodiguent des soins de base, distribuent des biens de secours et offrent un soutien psychologique. «Beaucoup de réfugiés ont urgemment besoin d’informations. Souvent, ils n'ont aucune idée d’où ils sont et ne savent pas à qui s’adresser. Certains ont perdu des membres de leur famille pendant leur fuite», explique Isabelle Güss. La Croix-Rouge les aide alors à retrouver leurs proches. 

Des rencontres touchantes

Isabelle Güss raconte que certaines rencontres l’ont profondément touchée: «Je me souviens par exemple de cette femme qui a accouché sur la plage de Lesbos. Elle avait tout juste eu le temps de débarquer du bateau.» Elle pense également à un groupe de quinze réfugiés, dont des enfants: «Après le naufrage de leur bateau, ils ont nagé pendant quatre heures avant d’être sauvés par la garde côtière. Je les ai rencontrés au service d’urgence de la Croix-Rouge, où ils se réchauffaient après avoir reçu des vêtements secs et de la nourriture. Ils ont eu de la chance: tous ont survécu.»
 
Depuis bientôt cinq ans, la Syrie est déchirée par la guerre. Alors qu’au début du conflit, les pays voisins tels que le Liban, la Jordanie, la Turquie et l’Irak accueillaient le plus grand nombre de réfugiés, depuis quelques mois ces derniers sont toujours plus à se voir forcés d’entreprendre un dangereux voyage vers l’Europe.

La CRS soutient les Sociétés de la Croix-Rouge de Grèce, de Serbie, d’Allemagne et du Liban.