Un programme d’intégration à succès

Le restaurant de la Croix-Rouge est dans le Gault&Millau!

Le restaurant Schützenmatt, à Altdorf, fait son entrée dans l’édition suisse du Gault&Millau avec un score de douze points: un rêve qui devient réalité pour le jeune chef Sören Wirth. L’établissement, qui s’inscrit dans le cadre d’un programme d’intégration de la Croix-Rouge suisse, offre des places de travail à des réfugiés reconnus ou admis à titre provisoire, le but étant de leur fournir une première expérience professionnelle.

La distinction du Gault&Millau est une nouvelle preuve du bon fonctionnement des programmes d’intégration. En effet, c’est un véritable défi que d’arriver à cuisiner et à servir la clientèle à ce niveau – et cela représente un travail considérable au quotidien. Et ce d’autant plus quand il s’agit en sus d’œuvrer à l’insertion professionnelle de personnes.

Site du restaurant Schützenmatt → lien
Site du restaurant Fomaz  → lien

Rien n’est plus comme avant au Schützenmatt depuis cette lettre du Gault&Millau annonçant la bonne nouvelle: le restaurant situé à Altdorf, dans le canton d’Uri, compte officiellement parmi les 800 meilleures adresses de Suisse. Et, cerise sur le gâteau, il s’agit du premier établissement cité par le prestigieux guide gastronomique qui emploie des réfugiés dans un but d’intégration professionnelle et sociale. Ce magnifique succès est le fruit du talent de Sören Wirth, qui, en tant que jeune chef de 27 ans et gérant du restaurant, assume une double responsabilité. Il préfère toutefois rester modeste et insiste: «Cette récompense revient à toute l’équipe et n’aurait pas été possible sans une bonne collaboration.»

Dans le canton d’Uri, la Croix-Rouge suisse (CRS) a pour mandat de favoriser l’entrée dans la vie professionnelle de réfugiés reconnus ou provisoirement admis. L’hôtellerie-restauration fait partie, aux côtés des soins, des principaux secteurs permettant d’insérer facilement des adultes.

Robel Daniel est originaire d’Erythrée. A 31 ans, il compte parmi les bénéficiaires du programme d’intégration de la CRS grâce auquel il a pu achever une formation d’employé de restauration en juillet 2018. Il travaille à présent au Schützenmatt et, interrogé sur les honneurs du Gault&Millau, il ne boude pas son plaisir:

«Pour moi, cette mention dans le guide est une qualification professionnelle supplémentaire.»

Robel Daniel

Des programmes alliant haute gastronomie et insertion professionnelle
Le Schützenmatt n’est pas la seule structure gérée par la CRS. Il y a également le restaurant de formation Fomaz, lui aussi à Altdorf. L’établissement propose un programme permettant à des réfugiés reconnus ou admis à titre provisoire de faire leurs armes: ceux-ci bénéficient de conditions adaptées et d’un encadrement solide assuré par quatre employés fixes, qui les préparent au marché du travail. Gérés par Sören Wirth, qui y officie en tant que chef de cuisine, les deux restaurants sont indissociables l’un de l’autre: «Une fois que les participants au programme ont gagné leurs galons au Fomaz, ils peuvent approfondir leurs acquis au Schützenmatt dans le cadre d’un contrat de travail à durée déterminée en bonne et due forme.»

La recette du succès
Sören Wirth dévoile la recette du succès:

«Chaque membre de l’équipe a, de par sa culture, des qualités spécifiques dont nous nous inspirons pour notre travail quotidien. Si l’on veut réussir l’intégration, il faut la promouvoir au niveau d’un besoin aussi essentiel que l’alimentation. Et c’est justement ce que nous faisons ici au Schützenmatt.»

Sören Wirth

En moyenne, deux tiers des participants au programme trouvent un emploi dans un des deux restaurants ou se lancent dans une formation. Ils étaient huit en 2018. Cette année, trois ont trouvé un emploi sur le premier marché du travail et deux ont entamé en août dernier une formation dans le service.