Community SSS

Un Roger peut en cacher un autre

Roger von der Crone et Roger Beuret assurent la sécurité sur la plage «Ufschötti» de Lucerne. Tous deux nageurs sauveteurs, ils surveillent la baignade en tant que énévoles. L’un est jeune, l’autre un peu moins. Comment se passe la collaboration entre eux? Ready a posé la question.

«ready for red cross» le magazine de la Croix-Rouge suisse écrit par des jeunes et pour des jeunes. Ce sont des bénévoles de toutes les organisations de jeunesse de la CRS qui choisissent les thèmes abordés, rédigent les articles et prennent les photos. Parution 3x année. Es-tu « ready for red cross » ? Ici tu peux t’abonner gratuitement.

On rencontre Roger et Roger près du drapeau de la Société Suisse de Sauvetage (SSS). Les deux bénévoles de la SSS, section de Lucerne, sont installés sur une chaise haute avec vue sur les 200 mètres de la plage «Ufschötti» de Lucerne. La ville les a mandatés, avec d’autres bénévoles, pour surveiller la baignade.

«Ready»: Roger von der Crone, quelles sont vos tâches en tant que maîtres nageurs?

Roger von der Crone: Nous surveillons les baigneurs et reagissons en cas de probleme. Nos taches sont avant tout preventives. Cette annee, j’ai du sortir particulierement souvent avec ma planche de sauvetage pour aller dire a des plaisanciers amateurs qu’ils n’avaient pas le droit de naviguer dans la zone de natation delimitee par les bouees. Cela pourrait mettre les nageurs en danger. Heureusement cette annee, nous n’avons pas connu d’incident majeur …

«Ready»: Avez-vous déjà dû sauver des baigneurs de la noyade?

Les deux Roger d’une seule voix: Ouf non! Heureusement pas! Roger Beuret: J’ai eu quelques coupures ou piqûres d’insecte à soigner, mais rien de grave. Nous sommes équipés d’une petite pharmacie pour ces cas.

«Ready»: Vous êtes bien visibles sur votre chaise surélevée. Les gens viennentils vous poser des questions?

Roger von der Crone: Il arrive que des touristes nous posent des questions sur ce qu’il y a a voir dans la region. Nous faisons aussi office du tourisme (il rit)! Parfois, des meres et leurs enfants viennent tout excites vers nous pour nous demander de sauver un canard blesse! Le sauvetage animal ne fait pas encore partie de notre formation. Nous laissons cette tache a la police ou au service de securite local (il rit a nouveau). Nous sommes tres apprecies. Beaucoup de gens viennent nous dire a quel point ils trouvent notre engagement super.

«Ready»: Roger Beuret, c’est toi qui coordonnes la surveillance de la plage. A quoi veilles-tu lorsque tu constitues tes équipes?

Roger Beuret: Chez nous a la SSS, la devise est: ≪une personne, c’est personne.≫ Il est tres dangereux de tenter un sauvetage seul. Imagine que tu coures un danger, que se passerait il alors? C’est pourquoi on est toujours deux a surveiller la plage. Lorsque je prepare les horaires, je fais toujours attention a ce qu’un sauveteur peu experimente fasse equipe avec un vieux routier. C’est bon pour la transmission du savoir et des experiences, mais aussi pour l’integration dans l’association.

«Ready»: La relève des nageurs sauveteurs est ainsi très rapidement sur le terrain?

Roger Beuret: Oui, exactement. Des l’age de 16 ans, les jeunes peuvent intervenir sur la plage, pour autant bien sur qu’ils aient suivi tous les cours necessaires. Je leur recommande de commencer meme plus tot, par les services de sauvetage: ce sont les engagements ou nous surveillons le plan d’eau lors de manifestations telles que regates d’aviron ou traversees de lac. La, les titulaires du brevet ≪jeune sauveteur≫ peuvent déjà participer. Ce brevet peut etre passe des l’age de 10 ans. Nous veillons a integrer la releve tres tot et dans toutes les activites.

«Ready»: Ainsi, la majorité des surveillants de plage commencent dans le cadre d’un service de sauvetage. Vous souvenez-vous de votre premier engagement de ce type?

Roger Beuret: Oh oui! C’etait litteralement un plongeon dans l’eau glacee! On m’avait engage lors d’un concours de canoe dans le Muotatal, ou le courant est extremement puissant. Mieux valait avoir de bons muscles! Aujourd’hui, on ne confierait jamais un tel poste a un sauveteur inexperimente.

Roger von der Crone: Pour moi, l’intervention a ete un peu moins stressante. Lors d’une regate d’aviron sur le Rotsee, j’ai ete assigne au service de sauvetage sur un bateau avec un vieux briscard de la SSS. Ce nageur sauveteur experimente a l’art de toujours se trouver la ou il se passe quelque chose! On dirait qu’il attire les accidents (rires). Mais ce jour-la, tout est reste calme, ce qui nous a laisse beaucoup de temps pour discuter. Il a commence par me poser des tas de questions sur moi. C’est vrai qu’il est important de savoir comment une personne fonctionne dans une equipe pour evaluer la maniere dont elle reagira en situation d’urgence. Ensuite, il a teste mes connaissances techniques. Il voulait par exemple savoir comment je reagirais si un des bateaux chavirait. Il m’a parle de son experience et m’a donne plein de conseils. J’ai appris un nombre incroyable de choses ce jour-la. Apres les services, les sauveteurs restent souvent un moment ensemble a discuter et les jeunes sont naturellement integres. L’aspect social est tres important pour nous.

Roger Beuret: C’est vrai! Ca doit etre pour ca que je suis reste accroche a la SSS depuis 34 ans (rires)! Nous tenons a ce que tous – jeunes et vieux – se sentent bien chez nous. A la SSS, il regne une grande variete. Chacun est le bienvenu, avec ses specificites et ses caracteristiques.