Community SMSV

Un accident sur le chemin de la fête

En route vers une soirée, les jeunes du camp de formation AULA sont arrêtés par un accident de la circulation. Il s’agit alors de réagir rapidement et de mettre en pratique ce qu’ils ont appris.

«ready for red cross» le magazine de la Croix-Rouge suisse écrit par des jeunes et pour des jeunes. Ce sont des bénévoles de toutes les organisations de jeunesse de la CRS qui choisissent les thèmes abordés, rédigent les articles et prennent les photos. Parution 3x année. Es-tu « ready for red cross » ? Ici tu peux t’abonner gratuitement

Ce soir-là, un brouillard givrant se glisse sur les sommets entourant le Lac Noir (FR). La lune n’est plus qu’un petit croissant. Dans l’entrepôt du camp de formation et de vacances (AULA) de la Société suisse des Troupes Sanitaires (SSTS), une vingtaine de jeunes de la classe 3 ont hâte de sortir. Ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’avant de s’amuser, ils vont devoir faire leurs preuves. A 8 heures du soir tapantes, le bus prend la route en direction de Planfayon. L’ambiance est détendue. Les jeunes entonnent des chansons drôles. «Buvons un coup ma serpette est perdue …» C’est alors qu’après un virage, le bus freine brutalement. Tous les passagers se taisent: ils sont témoins d’un accident, deux voitures s’étant encastrées l’une dans l’autre. De la fumée s’élève vers le ciel. Reto ne perd pas de temps. «Je prends les commandes! J’ai besoin de quatre personnes pour régler la circulation. Le point de rassemblement des blessés est là derrière. Vite!» Les jeunes endossent leur gilet réfléchissant jaune, se saisissent de leur matériel sanitaire et s’occupent des «blessés». Quelques minutes plus tard, les pompiers de Planfayon, alertés, ainsi que ceux du point d’appui de Guin arrivent sur les lieux. L’ambulance est elle aussi rapidement sur place. Mais ce n’est qu’à la lumière des phares des sapeurs-pompiers que l’ampleur de l’«accident» peut être constatée. Les deux autos sont très endommagées. Des bris de glace jonchent le sol. Les «blessés» sont pâles et en sang.

Désincarcération des blessés

«Combien y a-t-il de blessés?», demandentles ambulanciers à Reto. «Il y en a six, et deux d’entre eux sont probablement touchés au dos. Ils doivent donc être désincarcérés du véhicule avec l’aide des pompiers. Nous vons regroupé les quatre autres blessés et leur avons donné les premiers soins.» Au moyen de gros outils, les pompiers s’attellent à la tâche pour libérer de la voiture les deux personnes souffrant probablement de lésions dorsales. Ils y parviennent à l’aide d’une cisaille et d’un écarteur, transformant le véhicule en cabriolet. Les blessés sont enfin en sécurité. «Nous devons d’abord lentement glisser la planche de sauvetage sous le dos du blessé avant de l’attacher», indique un ambulancier aux jeunes.

Une fête bien méritée

Une fois que tous les blessés ont été pris en charge, Marco Dahinden, le responsable de la formation, met fin à l’exercice. Il félicite chaudement les jeunes lors du débriefing. «Jeunes gens, je suis vraiment fier de vous! Vous avez réagi rapidement et comme il faut. Bravo! Vous avez bien mérité votre soirée. Rompez!» Exultant et fiers de leur performance, les jeunes reprennent la route. Le bus redescend lentement dans la vallée. L’une des voitures accidentées n’a plus son insigne. C’est Reto qui l’a pris en souvenir.