tiré de ready for red cross

Une friperie pour lutter contre le réchauffement climatique

L’Ecole de Culture Générale de Fribourg (ECGF), organise chaque année une journée thématique. Pour 2020, les élèves se sont intéressés au sujet «Réchauffement climatique: enjeux et tentatives de solutions». Le 28 janvier nous nous sommes rendus à leur vente d’habits seconde mains mise en place par un des nombreux ateliers.

De Sophie Gorgé

Une vingtaine d’élèves de première et de 3e année de l’ECGF ont organisé une journée sur la thématique «Réchauffement climatique: enjeux et tentatives de solutions». Professeurs et élèves ont réfléchis ensemble sur les actions à proposer.

«L’idée de la friperie est venue des élèves, sans eux, on ne serait pas du tout partis dans cette direction», remarque Nicolas Bique, un des enseignants et organisateurs de cette journée.

La récolte d’habits s’est faite sur deux semaines, élèves, amis, familles et professeurs ont apporté des vêtements qu’ils ne portaient plus. Les élèves ont formé des groupes pour se départager des tâches de logistique, de communication, de décoration, etc.

Le jour J

Le 28 janvier à 15 heures, nous nous rendons à l’ECGF. Les panneaux indiquant «Friperie ECGF» nous conduisent vers une salle de classe. Devant la porte, une affiche de la Croix-Rouge explique les étapes du processus de recyclage et un squelette sorti de la salle de science se tient à l’entrée vêtu d’habits deuxième main. Nous entrons dans cette pièce qui ne ressemble plus du tout à une salle de classe: de nombreux jeans, t-shirts et accessoires sont disposés sur cinq grandes tables. On trouve aussi des vestes et des robes sur des pendoirs. Les prix de ces vêtements varient entre 2 et 5 francs. Petit à petit des jeunes mais aussi des professeurs entrent, regardent, choisissent puis essaient des habits dans une cabine installée dans un coin. Ils passent ensuite à la caisse où deux étudiantes sont responsables de l’encaissement.

Une mise en place bien réfléchie

Pour la mise en place, les élèves ont pu s’inspirer du magasin deuxième main de la Croix-Rouge. En effet, ils ont visité le centre de tri le jour d’avant et se sont également rendus au magasin Zig Zag de la Croix-Rouge fribourgeoise. Ce magasin compte entre 18000 et 20000 vêtements selon l’arrivage. Ces derniers temps, il y a de plus en plus de jeunes clients qui s’y rendent et qui trouvent leur bonheur, sûrement pour des raisons écologiques, d’ailleurs sur 30 élèves venus au centre de tri, une grande moitié s’était déjà rendue chez Zig Zag, rapporte Jean-Michel Gros, responsable des textiles à la Croix-Rouge fribourgeoise.

L’heure du débat

Pendant que les élèves vendent petit à petit les habits de la friperie, nous nous rendons dans une autre pièce accompagnés d’un groupe de 8 élèves, d’un professeur, d’un jeune militant pour le climat ainsi que de Charles Dewarrat, directeur de la CroixRouge fribourgeoise, et Jean-Michel Gros, responsable des textiles à la Croix-Rouge fribourgeoise. Autour d’une table, chacun s’exprime sur la question suivante: «Les ventes de vêtements de seconde main ont-elles des effets sur le phénomène de réchauffement climatique et les processus environnementaux en lien avec la contraction de la biodiversité?» Des enjeux sociaux, économiques et environnementaux sont débattus. Mais aussi des discussions sur des aspects générationnels.

«Ce qui sauvera la planètec’est inévitablement les jeunes, il y a une vraie prise de conscience chez eux, plus que chez les adultes», admet Charles Dewarrat. Ce à quoi une des élèves lui a rétorqué: «Mais c’est à votre génération, de décideurs, de montrer l’exemple.»

Une journée bénéfique

A travers les échanges avec les élèves, nous avons ressenti une fierté de leur part d’avoir participé à cette action et une prise de conscience sur les bénéfices de la seconde main. «Cet atelier thématique m’a permis de me rendre compte de l’impor-tance de réutiliser ce qui a déjà été utilisé plutôt que d’acheter du neuf», témoigne un élève de première année. L’enseignant organisateur a également souligné le grand soutien de la Croix-Rouge fribourgeoise qui leur a donné l’opportunité de visiter leur centre de tri et aussi soutenu dans la logistique, prêté du matériel comme les cintres, les miroirs, les bennes pour récolter les habits. La journée a été une réussite! Les fonds récoltés à travers les ventes de vêtements seront donnés à des organisations luttant contre les bouleversements climatiques dont la Croix-Rouge fribourgeoise et la Croix-Rouge suisse