tiré de ready for red cross

Le bénévolat: un lieu d’apprentissage et de développement de compétences

En Suisse, les 15 à 24 ans sont environ 26% à pratiquer une forme de bénévolat. En 2016, des chercheurs de l’institut fédéral des hautes études en formation professionnelle se sont penchés sur les compétences développées par les jeunes dans le cadre d’activités bénévoles. Afin d’en connaître plus sur le sujet, nous avons rencontré Sandrine Cortessis, une des auteurs de cette recherche.

De Sophie Gorgé

Qui sont les jeunes que vous avez interviewés pour cette recherche?

Nous avons interviewé 40 bénévoles entre 16 et 25 ans en formation ou au début de leur activité professionnelle. Nous voulions en effet identifier les effets de l’activité bénévole en termes d’apprentissage quel que soit le parcours scolaire ou professionnel des jeunes. De manière générale, plus ces derniers sont formés, plus il y a des chances qu’ils soient actifs bénévolement. Les interviews ont permis de comprendre que cela vient principalement de l’accessibilité à l’activité bénévole. Souvent pour entrer dans une association, les jeunes doivent écrire une lettre de motivation, un CV, parfois passer un entretien, ce qui déstabilise et décourage certains jeunes moins formés.

Pourquoi les jeunes s’investissent-ils bénévolement?

Il y a plusieurs raisons qui poussent les jeunes à s’engager dans une activité bénévole. La majorité d’entre eux intègre une association par l’appel à l’entourage. C’est-à-dire qu’ils connaissent une personne déjà membre de l’association à laquelle ils s’intéressent.

C’est un de mes meilleurs amis qui avait ses deux grandes soeurs qui étaient déjà dans la Jeunesse.

(Joël, 19 ans, jeunesses campagnardes)

D’autres s’engagent par passion.

«J’étais ébahi, alors quand on m’a dit que je n’aurais pas de salaire ici, je me suis dit que ce n’était pas grave, parce que je m’éclate ici. Et franchement, quand je fais de la radio, je n’ai pas l’impression de travailler! C’est vraiment un hobby, c’est une passion.»

(Vincent, 20 ans, webradio)

Et certains s’engagent pour joindre l’utile à l’agréable. Par exemple dans le milieu culture, des jeunes font du bénévolat et en contrepartie, reçoivent des places de spectacle.

Mais, souvent, le moteur premier des jeunes béné­voles est de créer et monter des projets collectifs qui leur tiennent à coeur et de partager des expériences entre pairs.

Qu’apporte l’activité bénévole aux jeunes?

Ce qui est ressorti des entretiens est que l’expérience bénévole est avant tout une aventure sociale qui leur permet d’apprendre sur le plan personnel. Par exemple, vaincre sa timidité, apprendre à défendre une opinion, agir collectivement, gagner de la confiance en soi. L’estime de soi est un élément important, en effet, au sein d’une association se voir confier très vite des responsabilités et des tâches valorisantes permet d’acquérir une bonne estime de soi.

Aussi, la majorité des bénévoles interrogés décrivent le sentiment d’avoir grandi, d’avoir passé de l’adolescence à l’âge adulte. Le bénévolat permet à ces jeunes de tester des expériences en dehors du cercle familial et social proche.

Ça m’a beaucoup changée, parce que ça m’a fait grandir! [...] Ça m’a fait prendre de l’importance. J’ai pris beaucoup conscience des choses, enfin on voit la vie différemment et c’est vrai que ça m’a beaucoup aidée! Eh oui, c’est vrai que j’ai beaucoup changé.

(Tiziana, 20 ans, parlement des jeunes)

Le bénévolat permet donc de développer des compétences transversales mais également des compétences plus spécifiques comme par exemple le fonctionnement d’un studio de radio ou les gestes clés chez les sapeurs-pompiers.

Finalement, les activités bénévoles permettent le développement d’un réseau professionnel. Les bénévoles rencontrent de nombreuses personnes qu’ils n’auraient pas eu l’occasion de connaître en dehors de cette activité

Finalement, les jeunes sont-ils conscients des compétences acquises grâce au bénévolat?

Certains bénévoles, en particulier des étudiants dans le domaine du social et de l’humanitaire, ont témoigné de leur intérêt à multiplier les expériences bénévoles afin de les valoriser dans leur vie profes­sionnelle. Les jeunes restent cependant faiblement conscients des compétences qu’ils ont pu développer durant leur activité bénévole et ne les mettent pas suffisamment en valeur lors d’entretiens professionnels. Pour pallier à cette difficulté, les responsables associatifs multiplient les initiatives pour accompagner les bénévoles dans la valorisation de leurs compétences, notamment grâce à l’introduction du dossier bénévolat.