tiré de ready for red cross

InsideCRS: Halyet Arefaine, apprentie employée de commerce CFC

En troisième année d’apprentissage d’employée de commerce à la Croix-Rouge suisse, Halyet Arefaine apprécie la diversité de son travail et la possibilité dedécouvrir différents services.

De Melanie Senn

Jusqu’à présent, l’un de mes souvenirs préférés de mon apprentissage à la Croix-Rouge suisse (CRS) est d’avoir pu aider à préparer le projet «Power of Humanity» avec les autres apprentis. Nous avons même tenu un stand photos! Le contact avec la clientèle me tient à cœur et j’apprécie de pouvoir assister aux événements. Comme tous les apprentis à la CRS, je change tous les six mois de secteur afin d’avoir un aperçu aussi large que possible de l’action de la CRS. J’ai déjà été à la réception, au marketing et dans les services Aide, Santé et Formation. Le travail diffère d’un service à l’autre. Cela va des tâches administratives comme l’enregistrement de diplômes et la réception d’appels téléphoniques à l’organisation de stands d’information pour des événements où la CRS est présente. Ce roulement me permet d’apprendre à connaître différentes équipes ainsi que les domaines d’activité de la CRS.

Choisir un apprentissage

J’ai eu des difficultés à choisir un apprentissage qui

me conviendrait. Je savais que j’aimais travailler à l’ordinateur. Je portais également un grand intérêt au domaine du social. J’ai réfléchi longuement et j’ai heureusement trouvé cet apprentissage à la CRS, qui réunissait parfaitement mes deux affinités. Je suis heureuse de m’être accordé le temps de la réflexion à l’époque. Je ne peux qu’encourager les jeunes à ne pas céder à la pression. Demandez-vous ce qui vous intéresse et faites des stages dans autant de domaines que possible afin de choisir le métier qui vous correspond.

Apprendre de manière autonome

Les cours dispensés dans le cadre de mon CFC se présentent sous la forme d’un «apprentissage autonome encadré». Nous assistons à des exposés de 20 minutes environ et devons ensuite faire des travaux seuls ou en groupe. Ce nouveau type d’enseignement m’a fait comprendre à quel point l’autodiscipline et une bonne organisation sont importantes lorsque l’on étudie de manière autonome. Malgré tout, la période du semi-confinement due à la pandémie de coronavirus a représenté un défi pour moi. Les débuts ont été chaotiques suite au passage rapide à l’enseignement à distance, et j’ai dû m’habituer à ne plus voir tous les jours mes professeurs et mes camarades de cours.

Prendre la bonne décision

Je suis fière de mon parcours: au début de mon apprentissage, j’étais timide et un peu déstabilisée

de devoir travailler dans une organisation qui compte autant d’employés. Aujourd’hui, je suis beaucoup plus ouverte, et je me suis habituée à la taille de la CRS. Je ne sais pas encore ce que je ferai exactement après mon apprentissage. Il y a de nombreux domaines de perfectionnement qui m’intéressent. Mais je suis certaine que ma formation dans des secteurs aussi divers et variés que ceux de la CRS sera une bonne base pour prendre mes futures décisions.

Quel a été ton premier contact avec la Croix-Rouge?
L’un de mes premiers souvenirs est le récit de mes parents à propos de projets de la CroixRouge en Ethiopie. L’organisation y était responsable de l’accès à l’eau et du développement des infrastructures.
Quels sont les deux Principes fondamentaux de la Croix-Rouge qui te tiennent le plus à cœur?
Le principe d’impartialité me parle tout particulièrement. Je trouve important que l’on place les êtres humains au centre, et non les conflits. Par conséquent, je pense aussi que le principe d’humanité est essentiel.
Qui est ton modèle?
Je n’en ai pas vraiment. J’ai plutôt des personnes dans mon entourage qui m’inspirent, et qui sont en quelque sorte des modèles pour moi.