Les Samaritains rapatrient des milliers de blessés

«Impossible de dormir! Nous sommes bien trop heureux!»

L’espace d’un instant, toutes les infirmités sont oubliées: pour 80 000 blessés de la Grande Guerre, le retour dans leur patrie est un jour de liesse.

Léchange de prisonniers gravement blessés entre les Etats belligérants a constitué une tâche importante de la Croix-Rouge suisse (CRS). Lorsque la guerre a éclaté, la CRS était rattachée à la Confédération, et donc à l’Armée. De 1915 à 1920, plus de 80 000 prisonniers de guerre seront rapatriés par ses soins.

Fêtés comme des héros

De nombreux samaritains ont participé à ces missions de rapatriement. Arnold Rauber, qui était à l’époque président central de l’Alliance suisse des samaritains (ASS), en a conservé des souvenirs bien vivaces: «Il était étonnant de voir le nombre d’hommes qui parvenaient à grimper dans les wagons sans la moindre aide… La conscience de sortir de captivité et de retrouver leur patrie semblait leur donner de nouvelles forces.»

La population suisse a offert de nombreux présents aux blessés, notamment des vêtements, des vivres, mais aussi des fleurs. Ils étaient fêtés comme des héros, même si personne n’ignorait l’horreur de la guerre.  «Le souvenir de ce voyage restera à jamais gravé dans mon cœur», affirme un Allemand.