Mali

Renforcer les structures sanitaires locales

Malgré des conditions de sécurité précaires, la CRS poursuit ses projets au Mali en se concentrant sur le développement des soins ophtalmologiques et sur le renforcement des structures sanitaires locales.

La CRS met fin à son engagement au Mali
Confrontée à des problèmes de sécurité persistants et à des difficultés d’accès à sa zone d’intervention, la CRS se voit contrainte de mettre un terme à son programme au Mali. Malgré un contexte hostile, elle aura soutenu pendant plus de dix ans le développement des structures sanitaires locales et de la médecine ophtalmique dans la région de Tombouctou. Plus d'information ici

En 2012, la rébellion touareg et le putsch qui a suivi ont plongé le Mali, déjà fragilisé, dans une crise dont il ne s’est toujours pas remis malgré la signature d’un accord de paix en juin 2015. Depuis, le processus de paix s’enlise, et les conditions de sécurité restent précaires dans le nord du pays, où sévissent des rebelles touaregs, des groupes islamistes ainsi que des gangs lourdement armés. L’insécurité augmente également dans le centre, nourrie par la présence de diverses factions islamistes radicales et par des tensions interethniques.

Axe principal dans la zone d’intervention de la Croix-Rouge suisse (CRS), la route qui relie Tombouctou à Goundam figure parmi les plus dangereuses du pays et fait régulièrement l’objet d’attaques de combattants islamistes ou de bandits armés. Ce qui n’empêche pas la CRS de maintenir son partenariat dans la région avec la Croix-Rouge malienne.

Un retour motivé par la crise alimentaire
La poursuite de cet engagement est d’autant plus importante que le Mali, comme d’autres Etats du Sahel, subit de plein fouet les conséquences du changement climatique, telles que désertification, érosion des sols, sécheresse et modification des régimes de précipitations. Si la CRS a fait son retour dans le pays en 2005, c’est principalement en réponse à la crise alimentaire aiguë qui frappait alors le Sahel. Ses premiers projets sur place, axés sur le développement des infrastructures médicales, remontent à 1970.

Fourniture de soins ophtalmologiques dans des conditions difficiles
La CRS a relancé son programme ophtalmologique au Mali en 2009, renouant ce faisant avec une longue tradition. Dès les années 1990, en effet, elle s’était fortement impliquée dans le développement de la prise en charge des affections oculaires dans la région méridionale de Sikasso. Dans le nord du pays, elle soutient l’activité de l’hôpital régional de Tombouctou et celle de structures plus petites. Elle se charge en outre de former du personnel médical, tout en finançant l’engagement de spécialistes afin de pallier les situations de sous-effectifs. Par ailleurs, des bénévoles de la Croix-Rouge malienne spécialement formés à cet effet réalisent dans les villages un travail de prévention en matière de santé oculaire.

Malgré les difficultés, les avancées sont notables. Plus de 2000 opérations de la cataracte ont notamment pu être réalisées au cours des dernières années. 

Santé pour tous

Le renforcement des structures de santé communautaire constitue un autre grand axe de l’engagement de la CRS au Mali. L’organisation s’attache à améliorer la qualité et l’accessibilité des soins médicaux en formant du personnel ainsi qu’en rénovant et en équipant des centres de santé. Ce faisant, elle vise entre autres à renforcer les capacités des associations de santé communautaire (ASACO), des structures de soins ancrées au niveau local.
A travers ses activités, la CRS met l’accent sur le transfert de connaissances afin d’autonomiser les acteurs locaux et de pérenniser les projets menés sur place.

Geografische Lage