Philippines

Prévention des catastrophes: des efforts payants

La Journée internationale de la prévention des catastrophes a lieu le 13 octobre. Le typhon Mangkhut, qui a dévasté le nord des Philippines il y a quelques semaines, a rappelé l’importance capitale des mesures de prévention.

Mi-septembre 2018, tous les regards sont rivés sur l’Asie du Sud-Est, où un typhon progresse dangereusement à travers l’océan Pacifique, gagnant en puissance de jour en jour: Mangkhut est sur le point de balayer les zones côtières du nord de l’île de Luçon, aux Philippines, avec des rafales atteignant 250 km/h. A pied d’œuvre dès la première alerte, la Croix-Rouge philippine aide les autorités à évacuer les habitants des zones à risque. Ses collaborateurs et bénévoles déploient des équipes de recherche et acheminent des biens de secours afin, le moment venu, de porter immédiatement assistance aux populations sinistrées.

Des évacuations salvatrices

Le typhon s’abat de plein fouet sur l’île et cause d’importants dégâts. Plus de deux millions de personnes subissent les conséquences de la catastrophe, qui endommage d’innombrables bâtiments et ruine l’agriculture. Pourtant, le tribut à payer n’a pas été aussi lourd qu’on ne l’avait craint dans un premier temps, ce notamment grâce à la bonne préparation des autorités, de la Croix-Rouge philippine et d’autres organisations humanitaires. Les systèmes d’alerte précoce et les évacuations préventives ont sauvé la vie de milliers de personnes. Les enseignements du «super-typhon» Haiyan, en 2013, ont été tirés, et les Philippines ont beaucoup investi ces dernières années dans un dispositif professionnel de prévention des catastrophes. Autant d’avancées auxquelles la Croix-Rouge suisse (CRS) a contribué en menant d’importantes campagnes de sensibilisation auprès des pouvoirs publics et de la population – une tâche essentielle dans un pays balayé par 20 à 35 typhons par an.

De nombreux autres pays sont régulièrement frappés par des phénomènes naturels extrêmes; les populations les plus pauvres en sont bien souvent les premières victimes. C’est pourquoi la CRS fait de la prévention des catastrophes un axe prioritaire de son travail, non seulement aux Philippines, mais partout ailleurs.