El Salvador

Prévention des catastrophes au pays des volcans

Régulièrement victime de catastrophes naturelles, le Salvador enregistre aussi un fort taux de criminalité. Les programmes de la CRS dans ce pays d’Amérique centrale visent à renforcer la résilience des communautés les plus vulnérables.

Le Salvador est régulièrement frappé par des catastrophes naturelles. Pays de volcans, il subit de fréquents tremblements de terre. Tempêtes tropicales et périodes de sécheresse causent également d’importants dégâts. Le changement climatique ne faisant qu’intensifier les colères de la nature, les activités de prévention et de préparation aux catastrophes sont de plus en plus incontournables.

Renforcement de la résilience

En collaboration avec la Croix-Rouge salvadorienne, la Croix-Rouge suisse (CRS) améliore la résilience de communautés particulièrement exposées dans les départements de San Vicente et Usulután. Des cartes des zones à risque ainsi que des plans d’évacuation sont établis, et des bénévoles sont formés à dispenser les premiers soins et à organiser les évacuations en cas de catastrophe. Afin d’améliorer leurs conditions de vie, les communautés villageoises mènent par ailleurs des microprojets de transformation d’habitations, de centres de santé ou de systèmes d’approvisionnement en eau. De plus, dans le but d’améliorer la santé et l’hygiène, la CRS aide des familles à aménager des puits et des latrines.

Promotion de la santé

Dans les départements de San Vicente et Usulután ainsi qu’à San Salvador, la capitale, le CRS s’engage en outre dans la promotion de la santé. Des comités, principalement composés de femmes, mènent ainsi des campagnes de prévention au niveau local, abordant notamment des sujets tels que la violence domestique et les grossesses précoces, deux problèmes majeurs au Salvador. Afin de lutter contre la diffusion de la dengue, du chikungunya et du virus Zika, des plans d’eau stagnante, gîtes larvaires privilégiés des moustiques, sont asséchés.

Des perspectives pour les jeunes

La population du Salvador est en proie non seulement à des risques sanitaires et naturels, mais aussi à la criminalité violente. Le pays enregistre ainsi un taux d’homicides parmi les plus élevés au monde. Des communautés entières de San Salvador sont contrôlées par les maras, des gangs criminels qui étendent désormais leur domination aux régions rurales.

A Ciudad Delgado et Apopa, deux banlieues sensibles de la capitale, la CRS et quatre autres organisations de la Croix-Rouge favorisent l’intégration sociale d’enfants et d’adolescents particulièrement exposés. Nombre de jeunes quittent en effet l’école prématurément, au risque de tomber sous la coupe de gangs criminels. Soucieuse de leur offrir un autre choix que celui de la violence, la Croix-Rouge organise des programmes de loisirs et de formation. Elle dispense notamment des cours de base qui facilitent l’insertion professionnelle des participants et leur ouvrent des perspectives. Parallèlement, elle appuie des initiatives destinées à améliorer la cohésion sociale: construction de places de jeux, de maisons de quartier, de skateparks, etc. Dans le cadre de ces projets, les habitants aménagent eux-mêmes les infrastructures et reçoivent pour ce faire un soutien financier de la Croix-Rouge. Là encore, le programme est assorti de mesures de prévention dans le domaine de la santé.