Gestion de catastrophes

L’ouragan Irma ravage les Caraïbes

Irma, l’ouragan le plus puissant de ces dernières décennies, frappe actuellement les Caraïbes, où il a déjà dévasté plusieurs îles. Sur place, les bénévoles et collaborateurs de la Croix-Rouge s’investissent depuis longtemps dans la préparation aux catastrophes et dans l’aide d’urgence. La délégation de la CRS en Haïti est sur le qui-vive.

Le 6 septembre 2017, l’ouragan Irma a balayé plusieurs îles des Caraïbes avec des vents de près de 300 km/h, semant la désolation à Saint-Martin, Puerto Rico ou encore Antigua et Barbuda. Depuis plusieurs jours, les Sociétés locales de la Croix-Rouge s’emploient – avec le soutien de leurs partenaires du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge – à préparer la population au passage de l’ouragan et à engager les premières opérations de secours. Dans les pays sinistrés, la phase d’aide d’urgence bat déjà son plein.

En Haïti, où la Croix-Rouge suisse (CRS) mène depuis de nombreuses années des programmes à long terme, les équipes sont également en état d’alerte maximale. «La préparation aux catastrophes constitue une part importante de notre action auprès de la population. Nous veillons notamment à ce que les gens sachent où se réfugier en cas de violente tempête. Au cours des derniers jours, nous avons déployé diverses mesures préventives dans nos régions d’intervention et sensibilisé les communautés à l’arrivée de l’ouragan», indique François Dessambre, délégué de la CRS en Haïti. Dans le cadre de ses projets sur place, la CRS travaille en étroite collaboration avec la Croix-Rouge haïtienne et la protection civile.

En octobre dernier déjà, le sud d’Haïti avait été frappé de plein fouet par l’ouragan Matthew. Cette fois-ci, c’est dans le nord de l’île qu’a été décrété l’état d’alerte. Même au-delà de l’«œil de l’ouragan», les vents de cette tempête d’une intensité sans précédent sont susceptibles de causer des dégâts considérables aux habitations et à l’agriculture.