Réfugiés en Méditerranée

Une crise humanitaire exige des solutions humanitaires

Le week-end du 20 avril, la Méditerranée a été le théâtre d’un nouveau drame: un navire bondé de réfugiés a chaviré, faisant plusieurs centaines de victimes, dont un grand nombre de femmes et d’enfants.

Se fondant sur les Principes de la Croix-Rouge qui guident sa mission et son action depuis 50 ans, la Croix-Rouge suisse (CRS) s’efforce de prévenir et d’alléger les souffrances humaines en Suisse, mais aussi à l’étranger. La protection des réfugiés est donc au cœur de ses préoccupations.

A la suite des tragédies qui se sont produites en Méditerranée, la CRS appelle les Etats européens, et donc la Suisse également, à faire tout ce qui est en leur pouvoir afin d’éviter que des catastrophes de ce genre ne se reproduisent dans un avenir proche. Le flux continu de réfugiés confirme l’urgence de mettre en place à l’échelle européenne un système de sauvetage en mer efficace.

Visas humanitaires

Il faut créer des voies légales permettant aux personnes en fuite de se rendre d’Afrique en Europe en toute sécurité. Par ailleurs, il est urgent de prévoir et de mettre en œuvre des mesures comme l’accueil de contingents de réfugiés et la délivrance de visas humanitaires, des dispositifs que la CRS a toujours défendus auprès des autorités fédérales et du Parlement. Enfin, des efforts communs doivent être menés afin de répartir les réfugiés équitablement entre les pays d’Europe.

La CRS au Liban

La CRS continue à participer à des programmes visant à accueillir et à intégrer des réfugiés syriens en Suisse. Parallèlement, elle étoffe au Liban son aide en faveur de personnes particulièrement vulnérables en provenance de Syrie et de familles d’accueil libanaises. Elle examine également dans quelle mesure les Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge des pays d’origine et de transit des réfugiés, ainsi que les Croix-Rouge italienne et maltaise peuvent être aidées.